Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Le SNES-FSU dénonce 801 heures de cours par semaine en moins dans la Loire

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Dans la Loire, c'est la Dotation Horaire Globale (DHG) qui met en colère les syndicats, 801 heures de cours en moins par semaine sur tout le département car il y aura 139 lycéens de moins.

Un mur de livre érigé par les profs en colère devant l'inspection académique le 24 janvier dernier
Un mur de livre érigé par les profs en colère devant l'inspection académique le 24 janvier dernier © Radio France - Margaux Caroff

Nous sommes en février mais les syndicats enseignants se projettent déjà sur la rentrée de septembre. Dans la Loire, c'est la Dotation Horaire Globale qui met en colère Estelle Tomasini, porte parole du SNES-FSU, le principal syndicat des enseignants du secondaire. Un rassemblement avait lieu hier devant le lycée Albert-Camus à Firminy tandis qu'une ne opération "lycée mort" se tenait à Roanne au lycée Jean-Puy ce vendredi.

Estelle Tomasini, porte-parole du SNES FSU dans la Loire

Vous pointez du doigt la baisse de la Dotation Horaire Globale, c'est à dire le nombre d'heure de cours dans chaque établissement revu à la baisse. 801 heures de cours en moins sur tout le département car il y aura 139 lycéens de moins. Moins de lycéens donc moins d'heures de cours, ça parait logique non ?

Non. Les 139 de moins sont répartis sur de nombreuses classes et 801 heures de cours en moins par semaine, c'est énorme. Cette baisse de dotation va entrainer des conséquences directes. Par exemple la suppression des enseignements optionnels. Officiellement les cartes de formation ne changent pas. Les établissements continuent d'afficher un certain nombre d'options sur leur site internet sauf que ces options ne seront plus financées à partir de la rentrée prochaine. A Honoré-d'Urfée à Saint-Etienne, lycée le plus touché, c'est 100 heures de moins et ça correspond à 5 emplois complets en moins.  Ce sont les enseignements technologiques en seconde qui n'ouvriront pas.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu