Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : le SNUIPP de l'Hérault s'inquiète pour les enseignants, le rectorat se veut rassurant

-
Par , France Bleu Hérault

Pas question de faire courir des risques aux enseignants et aux professeurs. C'est le message adressé par le SNUIPP, l'un des principaux syndicats de l'Éducation nationale, qui estime que les injonctions de Jean-Michel Blanquer les met en danger. Le rectorat de Montpellier réagit et rassure.

Le Snuipp défend les enseignants et les professeurs face aux injonctions du ministère de l'éducation
Le Snuipp défend les enseignants et les professeurs face aux injonctions du ministère de l'éducation © Maxppp - Quentin Top

Dans une lettre ouverte, le SNUIPP-FSU dénonce les "injonctions" du ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer, mais aussi du rectorat de Montpellier. Ces derniers sont "accusés" d'avoir demandé aux enseignants, par l'intermédiaire des chefs d'établissement, d'aller remettre en main propre, dans les écoles, les documents et les photocopies de certains cours aux familles qui ne possèdent pas d'imprimante ou d'ordinateur, et qui seraient éloignées du numérique. La mesure viserait ainsi à corriger les inégalités, durant la période de confinement.

Une folie, à en croire le SNUIPP. Le syndicat ne veut pas que les professeurs aillent risquer d'être contaminés ou de contaminer eux-mêmes qui que ce soit. Il estime que les enseignants font déjà le nécessaire pour limiter les inégalités.

Anthony de Souza est professeur des écoles à Montpellier, il est aussi cosecrétaire du SNUIPP dans l'Hérault. Pour lui, les enseignants font face à la "déconnexion de leur hiérarchie". 

Anthony de Souza estime que le Ministre est "déconnecté de la réalité"

Anthony de Souza : "Pas prioritaire par rapport au risque sanitaire (...) On propose déjà du travail qui ne se fait pas sur fiche, la lecture à distance (...) Ces solutions ne sont pas parfaites, mais elles permettent de ne mettre personne en danger".

Il estime que les profs font déjà tout ce qu'ils peuvent et que, de toute façon, la situation actuelle ne peut éviter le creusement des inégalités

Anthony de Souza estime que le confinement va renforcer les inégalités entre les élèves

La réponse du rectorat de Montpellier 

Face à ces inquiétudes, voire ces accusations, le rectorat réagit et se veut rassurant. La rectrice, Sophie Béjean, s'exprime à son tour sur France Bleu Hérault. 

"Ces consignes ont été validées par le ministère et en inter-ministériel. Elles sont très claires. Ces remises de documents doivent être exceptionnelles et doivent être mises en place avec des consignes très strictes, pour des familles éloignées ou qui n'ont pas le numérique, pour ne laisser aucun élève au bord du chemin. Un seul parent par enfant, une fois par semaine, sur un créneau dédié, pour éviter des regroupements. (...) Le mot "exceptionnel" était d'ailleurs le seul souligné dans mon courrier, qui visait donc bien à restreindre ces pratiques, à les limiter et à les encadrer, quand elles existent. La priorité reste la santé des élèves, du personnel et plus généralement de la population. Par ailleurs, nous travaillons à d'autres solutions : l'envoi de documents par la poste, la remise en mairie quand cela est possible, favoriser aussi l'accompagnement par téléphone et notamment pour les petites classes, par exemple. Nous incitions également les familles à utiliser les ressources pédagogiques mises en place par France Télévision et Radio France, dans le cadre du programme 'Nation Apprenante'." 

Sophie Béjean interrogée par Bertrand Queneutte

Choix de la station

À venir dansDanssecondess