Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Le tribunal administratif ordonne le déblocage de l'université de Toulouse 2 Jean Jaurès

mercredi 2 mai 2018 à 13:48 - Mis à jour le mercredi 2 mai 2018 à 18:48 Par Jean-Marc Perez, France Bleu Occitanie

Saisi par le syndicat UNI et par quatre étudiants, le tribunal administratif de Toulouse ordonne le déblocage de l'université de Toulouse 2 Jean Jaurès bloquée depuis le 6 mars dernier. L'administrateur provisoire s'en remet au préfet pour exécuter la décision.

L'université de Toulouse 2 Jean Jaurès est bloquée depuis le 6 mars
L'université de Toulouse 2 Jean Jaurès est bloquée depuis le 6 mars © Radio France - Clémence Fulleda

Toulouse, France

Saisi en référé par le syndicat étudiants UNI (classé à droite) et par quatre étudiants de l'université, le tribunal administratif de Toulouse ordonne le déblocage de l'université Toulouse 2 Jean Jaurès bloquée depuis le 6 mars. 

Recours à la force publique rendu possible

Le magistrat désigné a constaté que l'occupation des locaux universitaires avait "engendré des dégâts et détériorations" et que l'accès du site était impossible à toute personne non gréviste. 

En conséquence, le juge administratif : "enjoint à l’administrateur provisoire de l’université de Toulouse Jean Jaurès de faire usage de son pouvoir de police administrative à compter de la notification de la présente ordonnance, afin de faire libérer l’accès à l’ensemble des locaux universitaires sur le site du Mirail et _de faire procéder à l’évacuation de deux bâtiments occupés illégalement sur ce même site_."

Lors de l'audience le 26 mars la représentante de l'Université  avait plaidé contre un déblocage faisant état  de  son caractère "non urgent" du fait de la possibilité de tenir les examens au parc exposition de Toulouse et de la présence dans les locaux occupés de migrants et de leurs familles.

l'université de Toulouse 2 bloquée - Radio France
l'université de Toulouse 2 bloquée © Radio France - Clémence Fulleda

L'administrateur se conforme "à regret" et annonce 400 000 € de dégâts

L'administrateur provisoire a rencontré les personnels et les étudiants grévistes dans l'après-midi et leur a annoncé qu'il allait suivre la décision de justice. 

Extrait du communiqué de Richard Laganier : "En ma qualité d’administrateur provisoire, je prends acte de cette décision, qui me contraint à solliciter le concours des forces de l’ordre afin de procéder à l’évacuation des locaux occupés depuis le 6 mars 2018 en opposition au projet de fusion de l’établissement. Je prends cette décision à regret, bien que je comprenne sa nécessité. Nous subissons depuis plusieurs semaines l’accroissement des tensions au sein de l’Université, entre les votes d’assemblées générales en faveur du blocage, et les multiples témoignages, courriers et prises de position en faveur du déblocage. Par ailleurs, l’occupation des locaux a entraîné de nombreuses dégradations, dont les premières estimations avoisinent la somme de 400 000 euros. Nous devons faire face à la multiplication des comportements à risque, questionnant la sécurité des biens et des personnes (déplacements sur les toits des bâtiments, intrusion dans le local des compteurs électriques, escalades de façades…)". 

Les étudiants grévistes se réuniront en assemblée générale ce jeudi à 10h.