Éducation

Les adolescents français sont satisfaits de leur vie, un peu moins de l'école

Par Anja Vogel, France Bleu jeudi 20 avril 2017 à 19:33

Adolescentes françaises profitant du printemps à Londres
Adolescentes françaises profitant du printemps à Londres © Maxppp - Joel Goodman

Comment vont nos ados? Plutôt bien, merci. D'après le rapport que vient de publier l'OCDE sur le bien-être des élèves dans les pays développés, la plupart, y compris les Français, sont "satisfaits de leur vie", pas toujours de l'école. Mais ils sont un peu trop accrocs à internet.

Les élèves qui se sentent à leur place à l'école, qui s'entendent bien avec leurs enseignants et leurs parents, obtiennent de meilleurs résultats et sont plus heureux dans la vie. Cela paraît être une évidence; elle est aujourd'hui confirmée par la première étude de l'OCDE consacrée au bien-être des élèves et réalisée lors de l'étude PISA 2015 sur les connaissances et compétences des élèves de 15 ans . Où l'on apprend que la plupart de nos adolescents sont satisfaits de leur vie et lui accordent une moyenne de 7,3 sur 10; 7,6 même en France. La note la plus élevée étant donnée par les Néerlandais.

Les garçons seraient plus heureux que les filles

4 sur 10 se disent très satisfaits, soit 10% de plus que les jeunes filles. L'étude prend en compte leurs résultats scolaires, les relations avec leurs camarades et leurs enseignants, leur vie à la maison et leur temps libre. A l'inverse il y a 12% d'élèves insatisfaits, en Turquie et en Corée ils dépassent les 20%, ils sont seulement 7,4 en France. Pour certains, le collège est un lieu de souffrance, en raison des moqueries, de harcèlements parfois physiques, de pressions liées aux notes. A tel point que 17% disent se sentir "hors du coup" à l'école, une proportion qui monte à 23% en France.

Importance des relations de qualité avec les enseignants et les parents

Un élève sur 5 s'estime injustement traité par ses professeurs plusieurs fois par mois. L'OCDE recommande aux pouvoirs publics de ne pas limiter le rôle des profs aux heures d'enseignement, mais de les encourager à échanger sur les difficultés, les qualités et la personnalité des élèves pour contribuer à leur bien-être. Et aux parents de réserver du temps pour discuter, partager les repas avec leurs enfants. Enfin le rapport s'inquiète de l'usage de plus en plus excessif d'internet, après l'école et surtout le weekend, plus de la moitié des adolescents se sentent mal lorsqu'ils n'y ont pas accès. Et sont davantage susceptibles d'arriver en retard, de se sentir seuls à l'école et de moins se projeter dans leurs études futures.

ECOUTER aussi la chronique Tous Européens