Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Les assistantes de vie scolaire pour les enfants en situation de handicap manifestent à Saint-Étienne

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Depuis la rentrée scolaire de septembre dernier, les assistantes de vie scolaire (AESH) ont de plus en plus de difficultés à exercer leur métier auprès des enfants handicapés

Manifestation devant l'inspection d'académie de la Loire
Manifestation devant l'inspection d'académie de la Loire © Radio France - Yves Renaud

Saint-Étienne, France

Manque d'effectifs, rémunérations insuffisantes, statut bancal, formation incomplètes, les motifs de colère ne manquent pas du côté des AESH, mais ce qui les désole le plus c'est qu'au final elle ont le sentiment de ne pas faire un travail satisfaisant auprès des enfants handicapés. 

C'est encore plus vrai quand par faute d'AESH formées, les élèves sont déscolarisés. Leïla Duclos, membre de l'association "Un pas vers l'Autisme" basée à la Cotonne raconte ce cas douloureux d'une petite fille autiste de huit ans obligée de rester chez elle par faute de trouver une AESH suffisamment formée à ce type de handicap.    

Depuis cette année, elles ont en plus a s'occuper en même temps de trois, quatre ou même cinq enfants. Elles expliquent que cette tâche est quasiment impossible à remplir auprès d'élèves qui ont souvent des handicaps très différents. Dans ces classes, en une heure de cours, les AESH comme Nassera Khebar ne parviennent pas à s'occuper de façon satisfaisante de tous leurs élèves. 

Heureusement, dans la plupart des cas, les AESH arrivent à trouver de bonnes méthodes de travail avec le corps enseignant. Mais Taline Bouagal, AESH au collège d'Andrézieux , explique que "les profs aussi sont débordés par ce travail supplémentaire". 

Au final, comme Floriane Talamoni, AESH au collège Aristide-Briand,  elles ont le sentiment de ne pas faire un travail satisfaisant. Les AESH et les syndicats avaient demandé un rendez-vous jeudi au directeur académique de la Loire à l'issue de leur manifestation, la rencontre n'a pas eu lieu. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu