Éducation

Les Arcs 1800 : les écoliers saisonniers sont arrivés

Par Bleuette Dupin, France Bleu Pays de Savoie jeudi 15 décembre 2016 à 19:19

L'école maternelle et primaire des Arcs 1800 scolarise chaque hiver une vingtaine d'enfants de saisonnier
L'école maternelle et primaire des Arcs 1800 scolarise chaque hiver une vingtaine d'enfants de saisonnier © Radio France - B. Dupin

C’est une spécificité de quelques écoles de montagne : chaque hiver, les effectifs augmentent avec l’arrivée des saisonniers qui viennent travailler en station. Certains viennent en famille et scolarisent leurs enfants sur place.

A l’école maternelle et élémentaire des Arcs 1800, on a l’habitude. Chaque année après les vacances de la Toussaint, les effectifs augmentent d’une dizaine d’élèves. Après les vacances de Noël une dizaine d’autres élèves arrivent. L’inspection académique de la Savoie prévoit chaque année une cinquième classe de la Toussaint jusqu’aux vacances de Pâques. Les classes sont redécoupées selon les niveaux pour accueillir cette vingtaine d’élèves supplémentaires.

Guillaume, originaire de Bourg-Saint-Maurice, est en charge de la cinquième classe, des petits et moyens de maternelle. « Ce sont des enfants qui ont deux écoles : l’hiver aux Arcs et les autres mois ailleurs en Savoie ou beaucoup plus loin, dit l’enseignant. On a un enfant qui vient du Pays basque. Les parents ont un emploi à la montagne l’hiver et au bord de la mer l’été ».

Kaoki, 9 ans, est heureux de voyager

Kaoki a 9 ans, il est en CM1 l’hiver aux Arcs 1800 et les autres mois en Corse. Lui trouve ça bien « parce que j’aime bien voyager ». Et ses copains ils en disent quoi ? « Ils me disent : oh : Kaoki est revenu! Ils sont contents ». Son papa Xavier travaille au service des pistes en hiver. Ses deux garçons de 5 et 9 ans sont scolarisés tous les ans dans deux écoles, et ça ne pause aucune souci. « Moi je trouve que c’est plutôt un avantage, dit Xavier. Ça leur permet avoir des copains ici, des copains en Corse, ça ouvre l’esprit ». Il montre le panorama qui s'ouvre devant l'école : "il y a pire comme environnement". Il précise qu’au collège, ils s’organiseront avec son épouse pour que les enfants aillent dans un seul établissement.

« On est en lien avec leur école d’origine », souligne la directrice de l’école

Pour la directrice de l’école des Arcs 1800, l’exercice est rodé. Les enfants sont habitués, les nouveaux visages en cours d’année ne les surprennent pas. Quant aux suivis scolaires des enfants qui arrivent en cours d’année, « ça peut être compliqué en CP en particulier avec l’apprentissage de la lecture et le début des mathématiques, dit Anne Guichard, mais on est en lien avec leur école d’origine et on fait en sorte qu’ils ne soient pas trop en difficulté. Généralement il leur faut trois ou quatre semaines pour s’habituer, ensuite ça ne pose pas de souci ».

Les enseignants constatent que pour un enfant épanoui, le changement d’école et d’environnement en cours d’année ne pose aucune difficulté. C’est souvent plus compliqué pour un élève qui a du mal à suivre les enseignements.