Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les assistants d'éducation du Valenciennois en grève pour dénoncer leurs conditions de travail à Denain

-
Par , France Bleu Nord

Ceux qu'on appelait avant les surveillants étaient une trentaine ce matin devant le collège Turgot de Denain à l'occasion d'une journée nationale d'action. Ils dénoncent notamment une multiplication des tâches et la dégradation de leurs conditions de travail avec la Covid.

Grève des assistants d'éducation devant le collège Turgot de Denain
Grève des assistants d'éducation devant le collège Turgot de Denain © Radio France - Rafaela Biry vicente France bleu nord

Depuis quelques années, les tâches se sont multipliées racontent ces AED, en plus de la surveillance, de l'administratif avec les absences à gérer parfois, les signalements auprès des assistantes sociales, de la sécurité, de la bobologie aussi parfois, et tout ça sans augmentation de salaire.

Des conditions qui se sont en plus dégradées avec la Covid explique Victoria qui travaille à Valenciennes et Saint-Amand les Eaux, qui décrit cette foule d'élèves qui attend devant la grille sans aucune distanciation et elle seule devant, avec des masques, rassure t'elle mais quand ils vont fumer ils enlèvent ce fameux masque, "c'est compliqué", assure la jeune femme.

Une autre AED qui travaille à Denain parle des "papiers, des carnets qui passent de mains en mains", des élèves cas contact ou cas confirmés qu'il faut gérer jusqu'à l'arrivée des parents.

On est en première ligne et c'est risqué 

Grève des assistants d'éducation du Valenciennois devant  le collège Turgot de Denain (Nord) en réponse à un appel national, le 1er décembre 2020.
Grève des assistants d'éducation du Valenciennois devant le collège Turgot de Denain (Nord) en réponse à un appel national, le 1er décembre 2020. © Radio France - Rafaela Biry-Vicente

Ils réclament la prime REP REP+ comme tous leurs collègues

Des salariés précaires qui sont en plus limités à 6 ans de contrat, ce que dénonce cette même mère de famille qui va bientôt devoir partir, à contre coeur  

On est obsolète, au bout de 6 ans c'est au revoir..si on veut continuer dans l'éducation nationale faudrait passer le concours de secrétaire, sauf que si on est AED au bout de 6 ans c'est qu'on aime ce boulot. Les élèves qui nous voient partir au milieu d'année ne comprennent pas. Ils ont confiance en nous, ils se livrent à nous, donc c'est mettre à mal la vie d'un établissement scolaire

Le reportage de Rafaela Biry-Vicente

Ils dénoncent aussi les différences traitement avec leurs collègues, par exemple dans certains établissements, les profs sont payés 30 euros pour une heure de devoirs faits, et eux 0. 

Et contrairement à tous les agents de l'éducation nationale qui travaillent dans le réseau d'éducation prioritaire,  ils ne touchent pas la prime REP, REP + qui peut atteindre plus de 300 euros par mois, inadmissible pour cette autre AED

Au final on est plus au contact avec les élèves que tout le monde, on est en première ligne, on les accueille, on gère les conflits, tous les problèmes sociaux on les avant qu'ils passent devant l'assistante sociale, c'est inadmissible qu'on ait pas la prime

Choix de la station

À venir dansDanssecondess