Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation
Dossier : L'éducation : un enjeu électoral 2017

Les classes de CP à 12 élèves inquiètent les enseignants de Seine-Saint-Denis

-
Par , France Bleu Paris

Des enseignants du primaire de Seine-Saint-Denis ont manifesté ce vendredi pour dénoncer les modalités d'application d'une des réformes symbole du nouveau gouvernement : les classes de CP à 12 élèves en éducation prioritaire. Selon les syndicats, les moyens ne sont pas là.

Environ 150 enseignants ont manifesté ce vendredi devant la direction académique de Bobigny
Environ 150 enseignants ont manifesté ce vendredi devant la direction académique de Bobigny © Radio France - Rémi Brancato

Bobigny, France

"C'est vraiment une mesurette qui nous enlève plein de moyens" s'agace Nathalie Clément, enseignante à Bobigny, et membre de la CGT Educ'action. Comme elle, environ 150 enseignants ont manfiesté ce vendredi midi sous les fenêtre du directeur académique de Seine-Saint-Denis, pour dénoncer les conditions d'application de la réforme des CP à 12 élèves, mise en place "dans la précipitation", selon eux. Elle concerne 230 classes dans 109 écoles élémentaires de REP+ avant de s'étendre aux écoles de REP (Réseau d'éducation prioritaire) en 2018.

Une mesure "mise en oeuvre sans les postes nécessaires"

La réduction des effectifs, les enseignants ne sont pas contre mais ils estiment que le dispositif va en déshabiller d'autres. "La mesure est mise en oeuvre sans les postes nécessaires" dénonce Rachel Schneider secrétaire départementale du syndicat Snuipp FSU 93, estimant qu'elle va réduire le nombre de postes de remplaçants et empêcher des ouvertures de classe à la rentrée.

Rachel Schneider du syndicat Snuipp FSU 93

Elle assure aussi que la mesure met en danger le dispositif "plus de maîtres que de classe" : dans les écoles en REP et REP+, il permet à des enseignants, sans classe attitrée, d'intervenir en co-enseignement du CP au CE2. "Le directeur académique prend tous les postes de 'plus de maîtres que de classes' de REP+ pour mettre en place les CP à 12" assure Rachel Schneider.

A Bobigny, les enseignants s'inquiètent pour la rentrée des CP de REP+

La direction académique assure qu'aucun moyen n'est sacrifié pour cette réforme

Au micro de France Bleu Paris, le directeur académique adjoint de Seine-Saint-Denis, Laurent Noé se défend "d'enlever dans les écoles ces moyens-là" et assure "concentrer leur action pour les apprentissages fondamentaux", sur le CP donc. Les enseignants en question n'interviendront plus en CE1 et en CE2 mais l'effort sur les apprentissages de base doit être "poursuivi pour les années suivantes, dans les CE1 en tout cas". Il assure aussi qu'aucune fermeture de classe n'a été décidée en raison de cette réforme, car la carte scolaire a été préparée avant qu'elle soit connue et que la réforme du CP "ne mettra pas en péril le remplacement.

Laurent Noé, directeur académique adjoint de Seine-Saint-Denis

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu