Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retour en classe difficile après les attentats : "ça nous fait mal"

-
Par , France Bleu Alsace
Strasbourg, France

Minute de silence ce lundi midi partout en France après les attentats de Paris. "Choc", "peur" et "émotion" devant le collège du Stockfeld, dans le quartier du Neuhof à Strasbourg.

(Photo d'illustration)
(Photo d'illustration) © Maxppp

"Rassurer les élèves et répondre à toutes leurs interrogations". La consigne du ministère de l'Education était claire ce lundi matin, en ce jour pas comme les autres, après les attentats de vendredi soir à Paris. Une minute de silence a été respectée à midi partout en France, et dans tous les établissements scolaires. Mais retour en classe difficile pour les élèves, au bord des larmes devant le collège du Stockfeld, dans le quartier du Neuhof à Strasbourg.

"J'ai peur de sortir avec ma famille"

Les images restent dans toutes les têtes. Nermin est en 6e : "Il y a des amis de ma famille qui sont morts. J'ai peur qu'ils (les terroristes, NDLR) viennent ici, je n'ai pas envie de mourir à 11 ans... J'ai envie de pleurer pour tous ceux qui sont morts. Maintenant j'ai peur de sortir avec ma famille au resto ou d'aller en ville."

"Ils peuvent attaquer partout !"

Certains de ses camarades ont du mal à esquisser un sourire. Ils se disent "choqués", ont "mal au coeur", ils évoquent des mots comme l'"injustice". Yvonne n'a "pas envie qu'il y ait la guerre". Malik ne cache pas son inquiétude : "Ils peuvent attaquer partout ! Ils peuvent même venir là en ce moment..."

"Ca nous fait mal."

Impossible de penser à autre chose et de reprendre les cours normalement, malgré les efforts des équipes éducatives. "Les professeurs nous ont expliqué que ce n'était pas de notre faute, poursuit Mélody,_ élève de 3e. Même si ça ne nous a pas touchés personnellement, c'est quand même dur et on se met à la place des gens qui l'ont vécu, ça nous fait mal."_

Ludovic a des sanglots dans la voix mais veut vivre comme avant. "Ils (les terroristes, NDLR) veulent éviter qu'on sorte, alors on a qu'à sortir pour leur montrer qu'on n'a pas peur."

Réaction d'élèves au collège du Stockfeld à Strasbourg

Choix de la station

À venir dansDanssecondess