Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Les consultations psychologiques pour les étudiants en forte augmentation à l'université du Mans

-
Par , France Bleu Maine

Le nombre de consultations psychologiques au Centre de santé de l'université du Mans a bondi de 30% par rapport à l'an dernier. 144 étudiants ont été reçus depuis la rentrée, soit presque autant que sur toute la dernière année universitaire. L'équipe observe également une hausse des cas graves.

Depuis la rentrée, il y a eu 457 consultations psychologiques au Centre de santé de l'université du Mans
Depuis la rentrée, il y a eu 457 consultations psychologiques au Centre de santé de l'université du Mans © Radio France - Julien JEAN

On parle beaucoup de la détresse psychologique des étudiants depuis le début de la crise sanitaire et l'arrêt des cours dans les universités. Une détresse réelle mais difficile à quantifier. Les données du Centre de santé de l'université du Mans permettent d'avoir un aperçu de la situation sur le campus sarthois. Cette structure, qui propose des consultations psychologiques gratuites, constate une forte hausse des demandes de rendez-vous. 

Les consultations ont ainsi bondi de 30% par rapport à une année normale. Depuis la rentrée de septembre, leur nombre s'élève à 457, soit environ 75 consultations par mois contre 50 habituellement. 

144 étudiants suivis

De plus en plus d'étudiants contactent le centre de santé pour entamer un suivi et obtenir une écoute professionnelle. Nathalie Fresnais, psychologue, a reçu à ce jour 144 étudiants contre 164 sur l'ensemble de la dernière année universitaire. "Il y a plus de demandes, c'est très net. Cela a commencé au premier confinement et cela ne s'est pas vraiment arrêté".

La reprise des cours en présentiel en février (à hauteur de 20% des effectifs, soit un jour de cours par semaine pour un étudiant) n'a pas amélioré la situation : "On a des tableaux cliniques qui sont amplifiés par la succession d'évènements successifs. On a des étudiants qui n'ont pas bien vécu le premier confinement et qui, à l'annonce du second, étaient très très mal. Et là, on a des étudiants qui pensaient aller mieux avec la reprise des cours et qui ne vont toujours pas bien".   

Plus de cas graves nécessitant une hospitalisation psychiatrique

Ce constat préoccupe l'équipe du Centre de santé car elle observe dans le même temps une augmentation du nombre de cas lourds. "On a des étudiants qui s'adaptent certainement et il y en a d'autres pour qui cela s'aggrave et ce sont ceux-là que l'on commence à voir de plus en plus. Par exemple, j'ai plus de cas où je me pose la question d'une hospitalisation psychiatrique", explique Nathalie Fresnais.

La psychologue décrit également une augmentation des syndromes dépressifs avec des étudiants qui n'arrivent plus à travailler, à dormir et à manger, "il y a une perte de sens". Et ces troubles pourraient avoir des conséquences dans la durée, à moyen terme pour certains étudiants estime Sophie Zwikert-Briere, la directrice médicale : "Les jeunes qui avaient déjà des faiblesses ont maintenant des dépressions chroniques. Or plus l'étudiant peut verbaliser et dire sa souffrance, moins celle-ci va se compliquer et devenir chronique". 

Recrutement d'un psychologue supplémentaire

Du fait de l'augmentation de la demande, le délai pour obtenir un rendez vous a doublé, passant de deux semaines à un mois. Pour faire face, le Centre de santé va recruter un second psychologue à temps plein. Il viendra en renfort du psychiatre (présent deux jours par semaine) et de la psychologue Nathalie Fresnais, actuellement à 70%, qui va passer à temps plein. 

Vous avez repéré ou imaginé une solution pour améliorer le quotidien autour de chez vous ? Vous avez identifié des besoins locaux et vous avez des idées pour y répondre ? Avec “Ma solution”, France Bleu vous donne la parole : partagez votre expérience, signalez les initiatives les plus utiles, faites vos propositions et donnez votre avis sur celles des autres. La solution, c’est vous !

Pour afficher ce contenu Make org, vous devez accepter les cookies Mesure d'audience.

Ces cookies permettent d’obtenir des statistiques d’audience sur nos offres afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus. 

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess