Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les contre-vérités du ministre de l'Éducation sur les écoles des Pyrénées-Orientales

-
Par , France Bleu Roussillon

Lors des questions d’actualités à l’Assemblée nationale, le ministre de l’Éducation nationale a affirmé que le nombre moyen d’élèves par classe s’établissait à seulement 18,5 dans les Pyrénées-Orientales. Un chiffre "hallucinant" qui fait bondir les syndicats.

Jean-Michel Blanquer, Ministre de l'Education Nationale.
Jean-Michel Blanquer, Ministre de l'Education Nationale. © Maxppp - Olivier Corsan

Jean-Michel Blanquer s’est-il emmêlé dans ses calculs, le 12 février dernier devant l’Assemblée nationale ? Répondant à une question du député RN des Pyrénées-Orientales Louis Aliot s’inquiétant des fermetures de classes en zone rurale, le ministre de l’Éducation a rétorqué : "Vous dites qu’il y aurait une surcharge dans votre département pour les élèves. Eh bien, dans votre département, Monsieur le député, il y a 18,5 élèves par classe !".  Soit un chiffre inférieur de 5 points à la moyenne nationale…

Sauf que "ce chiffre ne correspond absolument pas à la réalité", s’insurge le syndicat SnuiPP-FSU dans un communiqué. "Il y a en moyenne 23,27 élèves par classe dans les écoles du département, chiffre à peu près équivalent à la moyenne nationale, soit deux élèves de plus que la moyenne des pays de l’OCDE."

"Un travestissement des chiffres"

"Nous avons failli rire devant une telle énormité, raconte Jérôme Guy, le secrétaire départemental du syndicat. On se demande si c’est une erreur, une provocation ou de l’incompétence. C’est quand même hallucinant de la part d’un ministre de l’Éducation nationale."

"Pourquoi un tel travestissement des chiffres ?", s’interroge également le député Louis Aliot. "A-t-il voulu dire que nous étions privilégiés dans les Pyrénées-Orientales ?". L’élu du Rassemblement national a décidé de poser une nouvelle question au ministre, cette fois par écrit, pour obtenir des explications.

A quoi peut donc correspondre ce chiffre de 18,5 annoncé par le ministre, sans l’ombre d’une hésitation ? Contactée, la direction académique des services de l’Éducation nationale des Pyrénées-Orientales n’a pas donné suite à nos sollicitations. 

Une deuxième erreur ?

Lors de cette même intervention devant les députés, le ministre de l’Éducation nationale a également reproché au député Louis Aliot de ne mentionner que les fermetures de classe. "Nous ouvrons aussi parfois des classes en milieu rural, quand la démographie le justifie. C’est le cas dans votre département !" 

Or, la carte scolaire pour la rentrée 2019,  validée la semaine dernière, prévoit bien 27 ouvertures de classe, mais aucune en zone rurale. "Il serait opportun que le ministre indique le nom de ces écoles qui n’apparaissent pas dans les documents officiels", ironise le syndicat SNUIpp-FSU.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess