Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Les effectifs en baisse dans les écoles privées de la Mayenne, en hausse dans les collèges et lycées

mercredi 6 septembre 2017 à 17:45 Par Charlotte Coutard, France Bleu Mayenne

Près de 22 500 enfants sont scolarisés dans l'enseignement privé Catholique en Mayenne, soit 40% élèves. Si les effectifs sont en hausse dans le secondaire, ils sont en baisse en primaire.

40% des enfants Mayennais sont scolarisés dans le privé. (Image d'illustration).
40% des enfants Mayennais sont scolarisés dans le privé. (Image d'illustration). © Maxppp - Guillaume Bonnefont

Laval, France

Environ 22 500 élèves ont fait leur rentrée dans les établissements privés Catholiques du département cette semaine. Ils sont près de 10 700 enfants dans le primaire, plus de 11 000 dans le secondaire (collèges et lycées), et environ 900 dans l'enseignement supérieur. Globalement c'est satisfaisant, mais les effectifs sont en baisse dans le 1er degré.

Un situation préoccupante dans le primaire

Même si les chiffres ne sont pas définitifs, les effectifs en primaire dans le privé ont baissé d'environ 230 élèves selon la direction académique. Par conséquent, deux écoles de deux classes chacune ont fermé leurs portes, l'école Sainte-Anne à Marcillé-la-Ville, et l'école Sainte-Marie à Sainte-Suzanne. Au total, il y a eu neuf fermetures de classes à la rentrée, pour deux ouvertures, faute d'effectifs suffisants. "Nous connaissons une baisse de la natalité en Mayenne et une baisse de la démographie", explique Philippe Paré, le directeur diocésain. "On essaie d'ajuster notre proposition, nos réseaux, aux nombres de naissances et d'enfants qui arrivent dans nos écoles".

"Il y a une seine concurrence entre le public et le privé".

Pour attirer de nouveaux élèves, les écoles du privé essaient de se démarquer de celles du public. Par exemple, les écoles Sacré-Coeur d'Andouillé et Saint-Nicolas de Villaines-la-Juhel s'inspirent désormais de la méthode pédagogique Montesori, où l'enfant est plus autonome, il est un acteur de son apprentissage. "Il y a une saine concurrence entre le public et le privé. Les deux écoles ont leur place, elles ont leur identité. Nous il faut qu'on trouve ce qui est notre ADN. L'idée c'est qu'on nous rejoigne pour ce que l'on est", ajoute Christine Mortoire, responsable du 1er degré dans le privé.

Faîtes des bébés !

Avec l'arrivée de la LGV, l'enseignement Catholique en Mayenne espère l'installation d'entreprises, pour redynamiser le département et attirer de nouvelles familles. Le direction diocésaine appelle aussi les Mayennais à faire des bébés, et à inscrire leurs enfants dans les écoles privées.

En revanche, le second degré dans le privé se porte bien avec 220 élèves supplémentaires dans les collèges et lycées du département à la rentrée. C'est la conséquence d'un pic démographique, une sorte de baby boom, constaté en 2006. L'enseignement privé représente 40% des élèves scolarisés en Mayenne.