Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Les enseignants belfortains disent non au projet de loi Blanquer

Environ 120 enseignants du Territoire de Belfort ont répondu ce jeudi à l’appel de l’intersyndicale CGT, FO, UNSA et SUD Education pour s’opposer au projet de loi Blanquer. Ils se sont réunis en assemblée générale à la Maison du Peuple à Belfort.

Les enseignants terrifortains en grève réunis en assemblée générale à la maison du Peuple de Belfort
Les enseignants terrifortains en grève réunis en assemblée générale à la maison du Peuple de Belfort © Radio France - Nicolas Wilhelm

Belfort, France

L’appel national à la grève contre le projet de loi Blanquer a mobilisé environ 120 enseignants terrifortains réunis ce jeudi matin en assemblée générale à la Maison du Peuple de Belfort. Des enseignants très remontés contre cette réforme pour une école de la confiance qui prévoit un changement de statut des directeurs d'école. « On parle d’un grand directeur qui serait dans un collège pour gérer un ensemble d’écoles, on ne voit pas comment il va pouvoir tout assumer » s’emporte Gérald Loridat, directeur de l'école Schœlcher à Belfort et membre du syndicat Sud Education. « Nous sommes en ce moment dans la période où l’on travaille sur les dossiers pour aller au collège, on doit aussi s’occuper des inscriptions des petits de deux ou trois ans qui vont arriver, c’est beaucoup de temps, et je ne vois pas un « grand directeur » dans un collège faire tout ça ».

Un affaiblissement de l’école publique

Ce que craignent également les enseignants en grève, mais aussi les parents d’élèves, c’est le risque d’abîmer le lien entre les parents et l’école, _« un directeur d’école pour une famille c’est très important »affirme  Sandrine Claude, présidente de la FCPE dans le Territoire de Belfort. « C’est le contact premier en cas de difficulté, il doit rester tel qu’il est là actuellement, c’est-à-dire un poste privilégié dans une école »._

Enfin, les enseignants sont unanimes pour dénoncer un affaiblissement de l'école publique puisque les collectivités locales vont à présent devoir financer à égalité les écoles publiques et privées et ce dès la maternelle, ce qui va diviser par deux les moyens selon eux.

Le vote au Sénat de ce projet de loi pour l'Ecole de la confiance est annoncé pour la mi-mai.