Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Les enseignants des lycées professionnels inquiets dans l'Yonne

-
Par , France Bleu Auxerre

Trois syndicats (FSU, la CGT et SUD) appellent à la mobilisation ce jeudi 27 septembre dans les lycées professionnels. Ils dénoncent la réforme "Blanquer" de l'enseignement professionnel. Une réforme présentée en juin qui vise, selon le Ministre, à mieux valoriser ces formations

© Maxppp -

Yonne, France

"Cette réforme est une vraie catastrophe" — Philippe Wante, secrétaire départemental du syndicat FSU

Cette réforme de l'enseignement professionnel doit mieux valoriser les formations assure Jean-Michel Blanquer mais pour les syndicats, elle n’a qu’un seul but : Faire des économies. Et tout cela va pénaliser les élèves, selon Philippe Wante, secrétaire départemental du syndicat FSU. « On voit très bien qu’il y a une volonté de réduire budgétairement la voie professionnelle. Entre moins trois et moins quatre heures hebdomadaire c’est énorme sur une formation de BAC pro ou de CAP. Toutes les décisions sont prise dans le but de supprimer des horaires et donc au final des postes. 

Quand on réduit de moitié l’enseignement des sciences ou des langues, on comprend bien que la qualité de la formation ne sera pas la même. On a des élèves fragiles et au final ceux sont eux qui vont payer la note. Ce n’est pas en tout cas avec cette réforme que l’on va revaloriser la voie professionnelle assure le syndicaliste. C’est mauvais pour les élèves mais aussi pour les enseignants qui voient encore leurs conditions de travail se détériorer. Cette réforme est vraiment une catastrophe. » 

"Elle va réduire la culture générale des élèves" – Une enseignante en économie-gestion au lycée Davier à Joigny

La diminution du nombre d'heures de cours, moins quatre heures chaque semaine en BAC pro, moins trois heures en CAP par exemple est lourde de conséquences. Il y aura notamment moins de cours de Français ou de Maths et c'est dommage selon Laurence Robert, enseignante en économie-gestion au lycée Davier à Joigny. Pour elle, ça va réduire la culture générale des élèves. Et pire encore, ça risque de les empêcher de poursuivre leurs études s'ils le souhaitent. 

« En clair pour l’enseignement général, il est proposé aux collègues d’intervenir dans les cours des collègues d’enseignement professionnel  sur des classes. Cela veut dire que _le professeur de Français risque de devenir uniquement le correcteur des fautes d’orthographes_. Pareil pour les mathématiques. Si je prends mon cas en gestion-administration, moi j’ai besoin des soustractions, des multiplications, des divisions mais ce n’est pas ce que l’enseignant de Mathématiques enseigne en BAC professionnel. On limite donc énormément l’enseignement des matières générales et cela va jouer aussi sur l’orientation des élèves. Du coup, ils auront davantage de difficultés pour intégrer un autre cursus" regrette l’enseignante. 

Le projet de réforme de l'enseignement professionnel sera présenté le 10 octobre au conseil supérieur de l'éducation.  La filière professionnelle compte 700.000 élèves en France dont  2200  dans l’Yonne.  Les enseignants sont appelés à la grève ce jeudi. Un rassemblement est également prévu devant les locaux du rectorat, à Dijon à 10h30.

Noter que les trois principaux syndicats de l’Éducation nationale (FSU, UNSA et SGEN CFDT) appellent à une autre grève, le 12 novembre, pour protester contre la suppression de 2 650 postes dans les collèges et les lycées, prévue par le gouvernement l'an prochain.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu