Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Les enseignants du lycée Bourdelle de Montauban prêts à boycotter les épreuves anticipées du bac

-
Par , France Bleu Occitanie

Sujets reçus trop tard, impossibilité de préparer les élèves sereinement : alors que les premières épreuves de contrôle continu sont prévues le 20 janvier, ces enseignants tarn-et-garonnais demandent l'annulation pure et simple.

Le lycée Antoine Bourdelle de Montauban
Le lycée Antoine Bourdelle de Montauban © Radio France - Mathieu Ferri

Montauban, France

Rien n'est prêt, selon les enseignants du lycée Antoine-Bourdelle de Montauban. Objet de leur colère : les épreuves anticipées du bac pour les classes de première : histoire-géo, langues, et maths, qui doivent se dérouler sur trois jours, la semaine prochaine. Environ 10% du bac est passé par les lycéens, dans le cadre du contrôle continu. Chaque lycée choisit sa date. A Bourdelle, ça sera à partir du 20 janvier, sur trois jours. Et chaque enseignant choisit le sujet qu'il proposera à ses élèves. Mais à Montauban comme ailleurs dans l'académie de Toulouse, les enseignants expliquent avoir reçu les propositions de sujets beaucoup trop tard : la majorité à la rentrée début janvier, alors qu'elles étaient annoncés en novembre, voire avant.

"Ca a mis une pression supplémentaire ! " - un prof d'histoire-géo

Selon ces enseignants, le délai est trop court pour préparer les élèves. En gros, tout se fait "à l'arrache". "Nous ne sommes pas prêts !" s'insurge Loïc Benayoun, professeur de mathématiques. Il explique que sur les sujets reçus "il y a des erreurs, ou des points hors programmes", et surtout qu'il n'a pas le temps de préparer les lycéens en seulement quinze jours.

Conséquence d'une réforme du bac mal ficelée, selon les enseignants

Emmanuel Loubet est professeur d'histoire-géo, et pour lui, ce qui se passe aujourd'hui, c'est une conséquence de plus d'une réforme du bac mal ficelée : "les élèves aussi le vivent très très mal. Ca a mis une pression supplémentaire !"

En réaction, les professeurs ont décidé de ne pas choisir de sujet, et de renvoyer la balle au directeur académique, qui tranchera. Certains enseignants sont prêts à ne pas faire passer les épreuves. A Montauban, les parents d'élèves de la FCPE sont solidaires du mouvement. Une manifestation est prévue à 15h30 ce mercredi après-midi devant le rectorat de Toulouse pour demander l'annulation de ces épreuves.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu