Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Les étudiants communistes d'Orléans veulent obtenir le droit de sécher les cours le 8 mars

-
Par , France Bleu Orléans

Les étudiants communistes d'Orléans ont demandé à la direction de l'université de pouvoir échapper aux cours, ce vendredi. Ils souhaitent pouvoir se rendre à la manifestation prévue à l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes.

Les jeunes étudiants communistes d'Orléans ont demandé à la direction que les absences ne soient pas comptabilisés le 8 mars.
Les jeunes étudiants communistes d'Orléans ont demandé à la direction que les absences ne soient pas comptabilisés le 8 mars. © Radio France - François Gueroult

Orléans-la-Source, Orléans, France

Les jeunes étudiants communistes d'Orléans ne veulent pas aller en cours pour le 8 mars ! Le 27 février dernier, avec l'Unef, l'un des principaux syndicats étudiants, ils ont demandé à la direction que les absences ne soient pas comptabilisées à l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes. Objectif, permettre à tous d'aller manifester. 

"Les étudiants ont peur de la répression administrative." 

En réalité, les étudiants ont le droit d'être absent pour participer à une manifestation, ils doivent juste prévenir la direction. Mais les étudiants communistes réclament exceptionnellement une procédure plus simple. Elise Chauvin, est étudiante en deuxième année d'espagnol et responsable des étudiants communistes d'Orléans : "Les étudiants et étudiantes ont déjà le droit de manifester mais ils n'empruntent pas ce droit pleinement par peur de la répression administrative." Elle poursuit : "Ce n'est pas sécher les cours pendant toute une semaine, c'est juste le temps de la manifestation et pour revendiquer des droits sur notre lieu d'étude. On veut plus de parité en cours, il faut savoir qu'il y a plus de femmes en milieu littéraire qu'en scientifique, on veut des crèches à l'université. Certes, les femmes ont beaucoup manifesté pour avoir le droit de faire des études, mais il ne faut pas que la lutte s'arrête là."

Pour le moment la direction n'a pas donné de réponse. À Orléans, la manifestation aura lieu ce vendredi au départ de la place de Gaulle dès 15h40. C'est l'heure à partir de laquelle les femmes travaillent symboliquement gratuitement en raison des écarts de salaires entre hommes et femmes. 

Choix de la station

France Bleu