Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Université de Montpellier : les étudiants de Paul-Valéry partagés sur les examens en ligne

mardi 10 avril 2018 à 6:12 Par Elena Louazon, France Bleu Hérault et France Bleu

Après des semaines de blocage des locaux, le président de l'Université Paul-Valéry (Montpellier) a annoncé que les examens se feraient sur internet. Les étudiants sont divisés entre soulagement et inquiétudes.

Les bâtiments de l'université sont bloqués depuis le 20 mars.
Les bâtiments de l'université sont bloqués depuis le 20 mars. © Radio France - Guillaume Roulland

Montpellier, France

La période des examens est arrivée dans les facs de France, mais à Montpellier, les locaux de l'Université Paul-Valéry resteront fermés. Cela fait plusieurs semaines que des étudiants opposés à la réforme l'accès à l'université bloquent l'accès. Le président de l'université Patrick Gilly a annoncé que les examens se feraient en partie en ligne

Obtenir une note

Pour passer leurs partiels, les étudiants doivent se rendre sur une plateforme spéciale à l'heure prévue. Ils téléchargent ensuite le sujet de l'examen, puis ont une heure pour le remplir et le redéposer sur la plateforme.

Ils sont nombreux à se réjouir de la possibilité d'obtenir une note. Lors des dernières assemblées générales à Paul-Valéry, l'éventualité d'attribuer une note minimale de 10/20 d'office à tous les étudiants avaient été évoquées.  

C'est le cas de Mathilde, étudiante en troisième année de psychologie, même si elle redoute un peu le déroulement. "Je pense que c'et une bonne alternative, ça nous permettra d'avoir des notes, ça rend plus légitime notre dossier et les diplômes qu'on est censé avoir à la fin de la licence. Mais j'ai peur des bugs informatiques, des plateformes qui saturent, de ne pas pouvoir rendre le dossier à temps, explique la jeune fille. Et puis là on est seul face à notre ordinateur, si on ne comprend pas le sujet, on ne peut pas demander au prof des explications."

Plusieurs départements feront passer des QCM à leurs étudiants, mais le département de psychologie a opté pour des sujets de réflexion. "Ça nous amène à réfléchir sur notre cours, plus que le recracher comme c'et parfois demandé pour un partiel en amphi. Peut-être que ça montrera encore mieux que l'étudiant à compris son cours", remarque Mathilde. 

Des partiels contestés

Lou, étudiante en double licence de lettres et de cinéma à l'Université Paul-Valéry est elle en colère. Elle a appris mercredi par mail qu'elle devrait passer le lendemain un examen en ligne. Problème : elle n'a pas accès à internet depuis son domicile.

"Il faut se déplacer, aller dans un café ou à la BU. Ce ne sont pas forcément des endroits calmes, regrette l'étudiante, qui a déjà passé un partiel de compréhension orale de l'espagnol. C'est discriminant, si on n'a pas le matériel adapté il faut faire deux fois plus d'efforts que ceux qui ont internet chez eux et un ordinateur. Les conditions ne sont pas les mêmes pour tous, c'est injuste."

Il y a une rupture d'égalité entre les étudiants

Plusieurs syndicats ont déposé un recours. Ils contestent la légalité du dispositif mis en place.

Certains département ont décidé de maintenir des partiels écrits, qui seront réalisés dans des lieux hors du campus, à définir. 

Environ 800 examens vont avoir lieu en ligne. 15 000 étudiants sont concernés.