Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les étudiants et les enseignants demandent la réouverture de l'université du Mans

-
Par , France Bleu Maine

Un comité de mobilisation vient d'être créé par les étudiants et les enseignants de l'université du Mans pour réclamer la réouverture de cette dernière. Selon eux, les cas de décrochage et de détresse psychologique s'accroissent de manière préoccupante parmi les 13 000 étudiants du campus manceau.

Une salle de cours vide à l'université du Mans durant la crise santitaire du Covid en janvier 2020
Une salle de cours vide à l'université du Mans durant la crise santitaire du Covid en janvier 2020 © Radio France - Julien JEAN

Rassemblés au sein d'un comité de mobilisation, les étudiants et les enseignants réclament la réouverture de l'université du Mans. Ils en appellent au gouvernement qui ne prévoit pas de rouvrir les facultés avant le 4 février au mieux. Les règles ont été légèrement assouplies , des petits groupes de 10 étant autorisés depuis le 4 janvier et les TD pourraient reprendre à compter du 20 janvier avec une jauge de 50%. Mais cela est conditionné à l'évolution de la situation sanitaire et en attendant la norme reste les cours en visio conférence pour les 13 000 étudiants manceaux. 

Détresse psychologique et décrochage

Or il y a urgence à rouvrir l'université estime Aroune Duclos, enseignant à l'IUT génie mécanique et productique. "On dit que c'est quelque chose qui est possible, souhaité et nécessaire. Nos étudiants sont dans une détresse psychologique à laquelle nous n'arrivons pas à répondre. Ce matin encore, mon cours a commencé avec 15 minutes de discussion sur leurs difficultés. On se rend compte qu'on arrive à un point assez dur et cela nous fait peur". Selon cet enseignant chercheur, il y a aussi de plus en plus de décrochages, même si cela est difficile à quantifier. "Des étudiants abandonnent, c'est certain et j'ai surtout une grosse pensée pour les premières années, qui ont intégré l'université en septembre pour se retrouver confinés quelques semaines plus tard et qui pour certains ne connaissent même pas le visage de leurs profs".    

Un sentiment d'injustice et d'abandon

Laura Gourgand, étudiante et présidente de l'Unef confirme ce malaise et ce mal-être grandissants sur le campus sarthois. En outre elle voit monter un sentiment d'injustice : "Pourquoi est ce que nous on doit rester chez nous et que les écoles, les commerces et les entreprises sont ouverts ? Il y a cette sensation d'abandon et on voit aussi où est la priorité du gouvernement et ce n'est pas l'université. On a le sentiment que le fait que les étudiants et les étudiantes n'aillent pas à la fac ce n'est pas si grave. Donc oui, il y a beaucoup de colère".

Le comité de mobilisation envisage une AG en ligne lundi prochain et une manifestation.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess