Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les étudiants étrangers, un atout pour Dijon

-
Par , France Bleu Bourgogne

Les étudiants internationaux de Dijon ont eu droit vendredi 1er février à une réception salle des États. La ville accueille en effet 3500 étudiants étrangers, venus du monde entier.

Une réception en l'honneur des étudiants étrangers, salle des États
Une réception en l'honneur des étudiants étrangers, salle des États © Radio France - Jacky Page

La ville de Dijon compte 35.000 étudiants dont 10% viennent de l'étranger. 300 d'entre eux, accompagnés par leurs chefs d'établissements, ont participé à une réception vendredi soir salle des États, en présence de Sladana Zivkovic, adjointe au maire déléguée aux relations internationales. A Dijon, les étudiants internationaux sont inscrits au lycée Carnot, à l'Université de Bourgogne, ou à Sciences-Po. La ville leur a remis un passeport sport et culture pour pouvoir profiter gratuitement des infrastructures sportives et culturelles. Elle proposait aussi le lendemain matin une visite guidée de Dijon.

De futurs ambassadeurs pour Dijon

Pour Sladana Zivkovic la présence de ces étudiants venus du monde entier est un atout, ils contribuent au rayonnement international de Dijon et de ses établissements supérieurs. Du reste, depuis l’an dernier on propose à ces jeunes de devenir des ambassadeurs Just Dijon, afin qu’ils assurent une promotion des atouts de la ville dans le monde. 600 ambassadeurs ont été dénombrés à ce jour.

Iyad en fera peut-être partie un jour. Âgé de 18 ans, il vient de Tanger au Maroc. Brillant élève, il est en prépa au lycée Carnot, et envisage d’entrer dans une école d’ingénieurs. Il rêve un jour de créer sa propre entreprise. Mahidine, un Soudanais de 28 ans, avait quant à lui dans son pays un diplôme d’assistant social. Quand il est arrivé en France il y a deux ans, il ne parlait pas un mot de français. Aujourd’hui, il prépare un diplôme dans cette langue et espère se perfectionner dans le domaine social. Dijon ? "C'est une ville magnifique qui m'a donné ma chance", dit-il avec un grand sourire.

Forte baisse des candidatures pour la prochaine rentrée universitaire

3500 étudiants étrangers, c’est bien, mais il pourrait y en avoir beaucoup moins si l’université devait appliquer les nouveaux barèmes de droits d'inscription voulus par le gouvernement pour les étudiants hors union européenne. On passerait de 170 à 2770 euros pour une licence. En master, les frais actuels de 243 euros passeraient à 3770 euros.

L'Université de Bourgogne, avec d'autres, a signifié son refus d'appliquer de tels tarifs, et la ville de Dijon a elle-même fait part de son hostilité à une mesure qui pénaliserait les étudiants les plus modestes. Julie Canovas, responsable du service mobilité étudiante à l'université de Bourgogne, constate une vive inquiétude des étudiants concernés, avec déjà des effets notables : « la campagne pour les candidatures, et les personnes qui veulent s’inscrire en septembre prochain à l’Université de Bourgogne, a démarré en novembre. Et à l’heure actuelle, on a une baisse d’un quart des candidatures par rapport à l’année dernière ».

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu