Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les évaluations, autre mot d'ordre de la rentrée

-
Par , France Bleu Maine, France Bleu

C'est une rentrée pas comme les autres pour les plus de 104 500 élèves sarthois qui reprennent l'école ce mardi. Des masques pour tous à partir du collège mais aussi des évaluations, soit obligatoires soit conseillées par le ministère. Une demande contre-productive et dangereuse, dénonce le SNUIPP.

Une affiche rappelle que le port du masque est obligatoire pour tous les adultes dans les écoles.
Une affiche rappelle que le port du masque est obligatoire pour tous les adultes dans les écoles. © Radio France - Jérôme Collin

Ce sera "la priorité dès la rentrée", annonce Patricia Galeazzi, la directrice des services de l'Education nationale en Sarthe. "Faire une évaluation précise du niveau des élèves individuellement pour mettre en place des dispositifs d'aide et d'accompagnement et permettre à ceux qui ont été le plus pénalisés par l'absence d'école de rattraper leur retard".

Accompagnement ciblé

Pour le premier trimestre, 1,5 million d'heures supplémentaires doivent permettre d'augmenter l'accompagnement des élèves : par exemple, dans les collèges, le dispositif "devoir faits".

Des évaluations obligatoires existent déjà en CP, CE1, 6e et 2de. Pour toutes les autres classes le ministère a créé ce qu'il appelle des tests de positionnement, optionnels.

"Il n'y a pas pire pour mettre les élèves en difficulté"

Une initiative dénoncée par le SNUIPP, premier syndicat dans le premier degré. "Commencer l'année en évaluant les élèves, il n'y a pas pire ! s'indigne son secrétaire général en Sarthe, Julien Cristofoli. Les évaluations c'est chacun pour soi, face à sa réussite ou, souvent, ses difficultés. Pour aider les enfants nous avons surtout besoin de temps, d'enseignants supplémentaires. Les évaluations vont servir à faire des graphiques pour pointer les difficultés de telle ou telle école... ça c'est du pilotage, pas de l'enseignement. C'est un changement de fond, un choc, et Jean-Michel Blanquer profite de la crise sanitaire pour l'introduire".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess