Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Les gestes qui sauvent, enseignés aux élèves de troisième d’ici 2022

vendredi 28 septembre 2018 à 7:05 Par Mélanie Kuszelewicz, France Bleu Belfort-Montbéliard

Lundi 24 septembre, le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux, a annoncé que tous les élèves de troisième vont être formés aux premiers secours d'ici 2022. Un projet qui s'inscrit dans un programme plus large dont l'objectif est de former 80% de la population aux gestes qui sauvent.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp - Bruno Levesque

Belfort, France

Lundi dernier, Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement, a annoncé que tous élèves de troisième seront formés aux gestes de premiers secours d'ici 2022. Ce projet s'inscrit dans un programme plus large pour former 80% de la population aux gestes qui sauvent.

La France en retard sur les gestes qui sauvent

En comparaison à d'autres pays européens, la France accuse un certain retard. Chez nos voisins allemands et autrichiens, 80% de la population détient son PSC1 (Prévention et secours civiques de niveau 1), alors que seuls 29% des Français ont validé ce diplôme. Cependant certains progrès ont été réalisé ces dernières années selon Eve Thévenot, responsable de la formation sur le territoire de Belfort et responsable de l'antenne de Gyromagny de la Croix-Rouge : "On fait de plus en plus d'initiations dans les écoles."

La Croix-Rouge de Belfort prévoit une douzaine de formations PSC1 qui dure entre huit et neuf heures, chaque année, pour environ huit personnes. "On apprend aux personnes à se protéger d'abord, puis à mettre en sécurité la victime et les personnes autour, puis faire les premiers gestes de premiers secours pour maintenir la personne en vie _avant d'_alerter les secours" ajoute Eve Thévenot. 

La responsable de la Croix-Rouge lance par ailleurs un appel à tous les volontaires qui voudraient devenir formateurs. "On a de plus en plus de mal à en trouver" affirme-t-elle. Il n'y a pas de qualité particulière démandée, il faut juste être disponible l'après-midi pour les initiations dans les écoles par exemple. 

Une mesure bien accueillie au collège Vauban à Belfort

Le collège Vauban mettra en place les formations aux premiers secours cette année.  - Radio France
Le collège Vauban mettra en place les formations aux premiers secours cette année. © Radio France - Mélanie Kuszelewicz

Au collège Vauban à Belfort, le nouveau principal Philippe Tissot est attaché à cette formation depuis longtemps. Il estime que le PSC1 est bénéfique pour les élèves de 14 à 15 ans qui quittent le collège "en particulier pour les élèves qui seront amenés à aller dans un lycée professionnel où on utilise pas mal de machines différentes qui peuvent présenter un certain danger". Le projet va donc être mis en place au cours de l'année pour les sept classes de troisième de l'établissement.  

Philippe Tissot, nouveau principal du collège Vauban est attaché à cette formation depuis longtemps. - Radio France
Philippe Tissot, nouveau principal du collège Vauban est attaché à cette formation depuis longtemps. © Radio France - Mélanie Kuszelewicz

Je suis en PLS

Les élèves du collège reçoivent favorablement la nouvelle. Ils connaissent très bien le terme de "PLS."

Quand on clash quelqu'un, on le met en PLS. 

Quand on a beaucoup d'émotions ou qu'on est fatigué, on dit qu'on est en PLS

Quand on a pas d'amis, on est en PLS

Entre Emma, Naïs, quatorze ans ou Younes et Abdellaziz âgés de douze et treize ans, chacun a sa propre définition du mot. Cette expression, qui est entrée dans le lexique des moins de 25 ans, provient d'abord de "la position latérale de sécurité". Il s'agit d'un geste essentiel de premiers secours qui consiste à mettre une personne inconsciente sur le côté après avoir vérifié qu'elle respire. 

L'année dernière, 80 000 personnes ont participé à la formation PSC1 avec la Croix-Rouge. Mais la France est encore loin derrière des pays comme la Norvège ou le Danemark où respectivement 95% et 80% de la population est formée aux gestes de premiers secours.