Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les parents d'élèves de l'école Jules Ferry de Biarritz rétablissent une cinquième classe supprimée

-
Par , France Bleu Pays Basque

Pour protester contre la fermeture d’une classe et la situation des écoles à Biarritz, les parents de l'école Jules Ferry, ont décidé d'assurer eux-même les cours du poste supprimé.

A Biarritz, 36 nouveaux élèves ont été enregistrés lors de cette rentrée, dont 18 à Jules Ferry, mais une classe a fermé.
A Biarritz, 36 nouveaux élèves ont été enregistrés lors de cette rentrée, dont 18 à Jules Ferry, mais une classe a fermé. © Radio France - Stéphane Garcia

Le torchon brûle à Biarritz, entre la maire, l'inspection académique et les parents de l'école Jules Ferry. Dans cet établissement la moyenne est de plus de 30 élèves par classe. Il s'agit du taux d'encadrement le plus élevé du département des Pyrénées-Atlantiques. Des classes, qui plus est, en double niveaux.

A Biarritz pourtant, 36 nouveaux élèves ont été enregistrés lors de cette rentrée, mais une classe a fermé. La faute a la répartition du nombre d'élèves estime le DASEN, le Directeur Académique des Services de l'Éducation Nationale. François-Xavier Pestel se dédouane et rejette la faute sur la municipalité. "Sur les grandes villes, où il y a plusieurs écoles, on regarde les effectifs au global. Au global de Biarritz, on n'est pas à 30 élèves par classe. Il y a de la place dans les écoles de la ville [...] Je fais en sorte qu'il y ait suffisamment de postes et de places sur une ville donnée, après c'est la responsabilité du maire de les inscrire dans une école. Et sur Biarritz, il n'y a pas de sectorisation communale."

"Au global de Biarritz, on n'est pas à 30 élèves par classe..." ─ François-Xavier Pestel, Dasen

"Assez désobligeant"

Déclaration qu'ont très peu goûté les parents de Jules Ferry, comme Maider Arostéguy, maire de Biarritz ou Max Brisson, le sénateur LR. "Le directeur d'Académie n'a pas compris que ce département était marqué par de grandes mobilités ces derniers mois, et qu'il fallait adapter sa méthode. Il renvoie la patate chaude avec une manière qui est assez désobligeante. Il est responsable de la carte scolaire. Il n'a pas conservé assez de postes. 36 élèves de plus à Biarritz, 18 à Jules Ferry [...] puis je n'ai aimé la manière dont il a stigmatisé la population biarrote. Il est sur une image de carte postale mais Biarritz ce n'est pas que la Grande Plage. Nous ne sommes certes pas en éducation prioritaire mais il y aussi des gens dans le besoin."

"L'inspecteur est sur une image de carte postale, mais Biarritz ce n'est pas que la Grande Plage..." ─ Max Brisson, sénateur des Pyrénées-Atlantiques

Maider Arostéguy, maire de Biarrtz, était ce mardi matin à la rencontre des parents de Jules Ferry avec Max Brisson
Maider Arostéguy, maire de Biarrtz, était ce mardi matin à la rencontre des parents de Jules Ferry avec Max Brisson © Radio France - Stéphane Garcia

La déclaration qui a choqué c'est celle-ci, des propos prêtés au Dasen durant le CDEN de vendredi dernier, qui a entériné la carte scolaire : "Biarritz n'est pas la commune la plus défavorisée de France, les élèves peuvent bien y travailler dans une classe à 30." Mais pour de nombreux parents, la crise sanitaire et la fermeture des écoles au printemps méritent que les conditions d’enseignement soient au meilleur niveau. "Ce n’est plus du tout le cas avec des classes surchargées et des doubles niveaux", dénonce Julie Lemboley, parent d'élève. 

Roulement des parents et lettre au Ministre

Les parents ont donc pris les choses en main, afin de se faire entendre : ils vont assurés eux-même cette cinquième classe supprimée. "C'est malheureux d'en arriver là, décrit Henri Caussade, un papa. Mais la décision prise par l'Académie est toute aussi dramatique pour les élèves et les enseignants de Jules Ferry." Ainsi, depuis mardi après-midi, ce sont cinq groupes qui ont été répartis dans cinq classes différentes. 

Les parents ne comprennent pas la fermeture d'une classe à Jules Ferry, alors que Jules Ferry a 18 élèves de plus que prévu lors de cette rentrée
Les parents ne comprennent pas la fermeture d'une classe à Jules Ferry, alors que Jules Ferry a 18 élèves de plus que prévu lors de cette rentrée © Radio France - Stéphane Garcia

"Nous organisons un roulement de parents, volontaires, qui seront deux par deux avec les enfants. Pour eux aussi, il y aura un roulement par classe", explique Diane Pasquier-Chambolle. Une classe, où deux parents assurent les cours, en liaison avec les maîtres, la continuité pédagogique.

Ce mardi matin, Maider Arostéguy, maire de Biarritz, a remis aux parents d'élèves une lettre qu’elle a écrite à Jean-Michel Blanquer. "J’ai écrit au ministre que cette décision de fermer une classe est incompréhensible car l’école a plus d’élèves que l’année précédente. C’est injuste car contrairement aux idées reçues, 10% des familles de cette école ont une situation sociale fragile. Biarritz n'est pas une ville à part en matière de besoin, et à ce titre, elle doit être considérée comme les autres sur le sujet de l'éducation"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess