Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les parents d'élèves du collège de Mulsanne près du Mans se mobilisent pour sauver une classe de 5ème

-
Par , France Bleu Maine

La suppression d'une classe de 5ème au collège de Mulsanne en Sarthe mobilise les parents d'élèves. Ils prévoient de manifester ce mercredi soir devant l'établissement à partir de 18h00.

La suppression d'une classe de 5ème au collège de Mulsanne inquiète les parents (illustration)
La suppression d'une classe de 5ème au collège de Mulsanne inquiète les parents (illustration) © Maxppp - Rémi Dugne

Un rassemblement est prévu ce mercredi soir devant le collège de Mulsanne. Les parents d'élèves s'opposent à la fermeture d'une classe de 5ème pour la rentrée prochaine. 

Il y a actuellement quatre classes de 5ème dans cet établissement pour un total de 90 élèves. À la rentrée, il n'y en aura plus que trois. Les élèves seront 30 par classe. Pour Guillaume Fleury, parent d'élèves à l'origine de l'action de ce mercredi soir, "ça peut paraître normal, mais ce n'est pas possible car il y a trois enfants handicapés atteints d'autisme en 5ème dans cet établissement. Déjà toute l'équipe enseignante a fini dans un état de fatigue profond. Gérer des personnes en situation de handicap, ça demande plus d'attention, de moyens et de temps. Alors surcharger les classes, ce n'est vraiment pas la solution. Ces trois enfants ont chacun un accompagnant en permanence et ils n'ont pas les mêmes attentes. Il y a une spécificité à gérer".  

Une fermeture pour faire des économies

"Cette suppression intervient début juin alors que début février, il n'était pas question de la supprimer", poursuit Guillaume Fleury. C'est toujours une question financière, on a l'impression que l'Education nationale oublie que sa mission principale est l'éducation. Et aujourd'hui, malheureusement, le financier passe avant".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess