Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

VIDÉO - Les parents d'élèves manifestent en vain pour pérenniser les emplois aidés dans les écoles

vendredi 1 décembre 2017 à 17:55 Par Aurélie Lagain, France Bleu Vaucluse

Plusieurs dizaines de parents d'élèves ont manifesté ce vendredi à Avignon pour demander à ce que les emplois d'aides administratifs soient pérennisés. "Ce n'est pas possible", répond le directeur académique, qui rappelle que le Vaucluse a été largement doté.

Manifestation des parents d'élèves
Manifestation des parents d'élèves © Radio France - Aurélie Lagain

Avignon, France

Plusieurs dizaines de parents d'élèves et d'enfants ont manifesté ce vendredi matin à Avignon pour demander à ce que les postes administratifs, des emplois aidés soient pérennisés.

Ils sont tous menacés.

Dans la mobilisation, des élèves de Louis-Gros, Trillade, Olivades, Henri-Fabre, Ste-Catherine et Rotondes, mais aussi Sixte-Isnard, où dès 8h30 une quarantaine d'adultes et d'enfants se sont rassemblés devant l'école, avec banderoles, mégaphones et tambourins.

L'assistante de l'école Sixte-Isnard voit son contrat aidé supprimé en février 2018.

Ils ont ensuite convergé vers la direction académique, dans l'intra-muros d'Avignon, où une délégation a pu rencontrer le directeur académique.

Un parent d'élève estime que ces assistants administratifs en contrats aidés permettent aux enseignants d'être "plus disponibles car les tâches administratives sont faites par ce personnel : l'organisation des sorties scolaires, l'achat du matériel, la gestion de la bibliothèque."

"Les parents qui n'ont pas le temps le matin de s'adresser à un enseignant, je suis le relai" - Meriem Aouadi, assistante administrative

Le directeur, Fabrice Marcotte, lui, hésiterait à reprendre la direction à la rentrée. Il dirige une école de trois classes, sans décharge hebdomadaire (10 jours de décharge par an) : "Le plombier qui vient changer la chasse d'eau. Moi je suis en classe avec les enfants, moi je vais devoir m'interrompre pour lui montrer la fuite!"

"Si la secrétaire n'est plus là, il n'y a plus personne pour nous ouvrir la porte, plus personne pour répondre au téléphone", estime une maman d'enfant de petite section.

"Si un enfant a rendez-chez l’orthophoniste, il n'y a plus personne pour lui ouvrir, les enseignants seront en classe", ajoute la secrétaire.

Argument que balaie le directeur académique Christian Patoz. Aucun emploi ne pourra être pérennisé, pour les aides à la direction. Il estime qu'il va falloir retrouver l'organisation d'il y a neuf ans, avant les emplois aidés : retrouver le rythme de l'école, et aller chercher ses enfants le midi ou à la récréation.

"Ca perturbera moins le temps scolaire" - Christian Patoz, directeur académique.

Il ajoute que la quasi-totalité des écoles de Vaucluse bénéficiait jusqu'ici d'assistants administratifs, alors que dans le Gard, c'était 120 aides pour 560 écoles.

"La première des priorités pour l’emploi des contrats aidés qui subsiste est l'accompagnement des élèves en situation de handicap." - Christian Patoz