Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Des parents d'élèves se mobilisent pour revenir à la semaine de quatre jours à l'école de Pontvallain

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Maine

Des parents d'élèves de l'école de Pontvallain, dans le sud-Sarthe, veulent revenir à la semaine de quatre jours, mais pour la deuxième année de suite le conseil d'école s'y oppose. Une pétition est lancée et des manifestations envisagées.

Les parents de l'école de Pontvallain ont accroché une banderole devant l'établissement pour manifester leur opposition au maintien de la semaine de quatre jours et demi.
Les parents de l'école de Pontvallain ont accroché une banderole devant l'établissement pour manifester leur opposition au maintien de la semaine de quatre jours et demi. © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

Pontvallain, France

C'est la deuxième année de suite qu'ils s'opposent au maintien de la semaine de quatre jours et demi, sans être écoutés : des parents d'élèves de l'école de Pontvallain, dans le sud Sarthe, lancent une pétition pour réclamer un changement de rythme scolaire. 

Des enfants "trop fatigués" selon les parents, plus attentifs d'après les enseignants

Il y a deux ans, un sondage a été lancé pour se faire une idée des souhaits des parents d'élèves : une large majorité s'est prononcée pour un retour à la semaine de quatre jours. Le conseil d'école, de son côté, a voté pour le maintien à quatre jours et demi. Fin mars dernier, le scénario se répète : les enseignants ainsi que certains représentants des parents d'élèves choisissent de nouveau le maintien à la semaine de quatre jours et demi pour la rentrée prochaine. Arguments invoqués : "des enfants plus concentrés et attentifs pour les apprentissages le matin", expliquent les enseignants lors du conseil d'école. Seuls les élèves de maternelle sont jugés un peu plus fatigués le jeudi. 

Certains parents en revanche estiment que ce rythme épuise leurs enfants. "Mes filles s'endorment à la cantine le vendredi midi, lance Caroline Tortevois, une maman d'élèves. La grande a EPS le mercredi matin, et deux heures et demi de basket dans l'après-midi, autant dire que la fin de semaine est compliquée !". "Les journées de semaine sont raccourcies, mais lorsqu'on travaille, on ne peut pas venir les chercher, ajoute Blandine Lallier. Quand on rentre à 19 heures, ils veulent souffler un peu, mais on a pas le temps avec les devoirs"

S'ils avaient le mercredi de libre, ce serait reposant pour eux et ils pourraient lâcher prise au moins sur cette journée !

"Manque de communication"

_"Suite à la polémique de l'an passé, on nous avait laissé entendre qu'il y aurait un nouveau sondage cette année, avec de fortes chances qu'on passe à la semaine de quatre jours, explique Blandine Lallier. Mais on n'a pas été consultés ni considérés, il n'y a aucune communication"_. Lors de la dernière élection des représentants de parents, ce sont pourtant les mêmes qui ont été élus, malgré les critiques, et certaines places sont restées vacantes. Ces derniers partagent le constat d'un manque de dialogue. Certains affirment avoir envoyé des courriers pour proposer des réunions avec des parents, sans parvenir à trouver une date satisfaisant la majorité.

Certains parents d'élèves ont distribué des pétitions chez les commerçants du village - Radio France
Certains parents d'élèves ont distribué des pétitions chez les commerçants du village © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

Xavier Gayat, le maire, tente tant bien que mal de se poser en arbitre : "je voulais m'abstenir lors du conseil d'école, mais j'ai fini par voter pour le retour à la semaine de quatre jours, car c'était sous-représenté par rapport à ce que demandent les parents !", indique-t-il. Selon lui, cela crée _"une tension dans les conseils d'école et même dans la population, avec les pétitions des parents distribuées chez les commerçants_. C'est dommage qu'on arrive pas à renouer le dialogue et trouver un consensus". Il envisage de réunir tout le monde autour d'une table pour en débattre.

"On risque de quitter l'école"

Sans solution, certains parents comptent boycotter les cours du mercredi matin. D'autres comme Caroline Tortevois, envisagent même de scolariser leurs enfants ailleurs. "La question se pose pour le bien-être de mes enfants de partir dans une autre école où ils feraient une semaine de quatre jours, on ne peut pas continuer comme ça", explique-t-elle. Non seulement pour des questions de fatigue, mais aussi pour leur permettre de faire des activités extra-scolaires le mercredi matin.

"L'inquiétude, c'est de fermer des classes malgré les annonces récentes du gouvernement, car les effectifs pourraient encore baisser, s'alarme le maire. On peut difficilement empêcher des parents de partir s'ils sont acceptés dans d'autres école".