Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Loire : vingt lycéens voient leurs notes au bac minorées après coup sans explication

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Changement de proviseur et de proviseur adjoint, suppression d'une quatrième classe de première et pour couronner le tout des bacheliers qui découvrent après coup que leur mention a été rétrogradée. Les lycéens et les parents d'élèves du lycée de Charlieu saisissent le rectorat.

Le lycée Jéremie  de  la Rue de Charlieu
Le lycée Jéremie de la Rue de Charlieu © Radio France - Yves Renaud

A quelques jours seulement des vacances d’été, les parents d’élèves du lycée Jéremie de la Rue de Charlieu ont appris les mutations conjointes du proviseur et de son adjointe (ils n’assureront donc pas la prochaine rentrée), mais également la fermeture de la 4ème classe de Première de l’établissement pour un manque d’effectif de deux élèves seulement. Une décision arbitraire que ne comprend pas, Telesia Soko-Mouton la secrétaire de la fédération de parents d’élèves FCPE du lycée de Charlieu. 

"On nous a annoncé cette fermeture parce qu’il manquait deux élèves. On a demandé une audience, et  les enseignants ont fait une motion. Au 15 juillet la directrice adjointe de l’éducation nationale n’est pas revenue sur sa décision puisque suivant les statistiques et les chiffres, il n’y a pas lieu de conserver cette classe. Même si nous avions eu 20 élèves en plus, la classe aurait été fermée quand même. Nous, ce qu’on veut, c’est que cette quatrième classe reste puisque les autres classes vont se retrouver à 35 ou 40 élèves et qu’un enseignement avec de tels effectifs ne peut pas être de qualité."

Autre souci découvert en juillet par les parents d’élèves du lycée de Charlieu : les premières notes du bac, publiées sur internet le 7 juillet, ont finalement été minorées dans la version papier définitive et certains élèves au passage ont perdu leur mention. Certains de ces bacheliers sur la première version internet avaient des mentions « « Très Bien », « Bien » ou « Assez Bien » et au final sur la version papier définitive, ils avaient perdu des points et étaient rétrogradés à la mention inférieure. Les notes de contrôle continu de sport et de langue qui avaient pourtant été obtenues avant le confinement n'ont pas été retenues.  

Une vingtaine de cas ont été recensés

Et ce recul va sans doute poser quelques problèmes comme l’explique Telesia Soko-Mouton, la secrétaire de la fédération de parents d’élèves FCPE du lycée de  Charlieu. "Le 7 juillet il y a eu l’affichage des notes et les élèves pour faire les demandes d’admission dans les écoles supérieures ont demandé avoir les versions écrites et en fin de semaine certains se sont aperçus qu’il y a quelque chose qui n’allait pas et qu'il avaient perdu les mentions. Ils ont donc automatiquement perdu les bourse du mérite de la Région et rentrer dans les écoles supérieures n’est pas garanti."

Parmi ces élèves privés de leur mention, Tom Lyonnet, crédité d’une mention « Très Bien » en première instance et qui ne comprend pas cette rétrogradation. "Le 7 juillet, j’avais regardé la veille juste mes résultats sur les bulletins pour voir quelle mention j’avais et du coup quelques semaines plus tard je reçois le message d’un ami qui m’explique que les notes du bac entre-temps ont changé. J’ai d’abord cru que c’était une blague, je suis allé voir et effectivement j’ai perdu ma mention "Très Bien" et c’est du coup une douche froide."

Tom comptait  sur la prime  au mérite de 500 euros de la Région pour payer une partie des fournitures pour sa rentrée en faculté à Lyon. Les parents eux ont été invités à faire une réclamation par un courrier recommandé auprès de l’Académie de Lyon, mais vacances scolaires obligent, personne pour l’instant n’a reçu de réponse.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess