Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Les professeurs du lycée Aubanel d'Avignon demandent le report des épreuves anticipées du bac

-
Par , France Bleu Vaucluse

Les enseignants du lycée Aubanel d'Avignon estiment que rien n'est prêt pour les épreuves anticipées du baccalauréat pour les élèves de première. Les professeurs FSU et UNSA demandent le report à la fin de l'année. Le rectorat reconnaît un "manque de repères" mais assure que les épreuves auront lieu

Le lycée Aubanel à Avignon
Le lycée Aubanel à Avignon © Radio France - Philippe Paupert

Avignon - France

Deux syndicats d'enseignants demandent l'annulation des épreuves anticipées du baccalauréat. La réforme du bac prévoit que les élèves de classe de Première passent des épreuves d'histoires géographie, de langues vivantes avant fin février. Les bacs technologiques ont aussi une épreuve de mathématiques.

L'UNSA et le SNES FSU estiment que "rien n'est prêt" et que les sujets proposés ne correspondent pas au programme de la réforme du bac. Au lycée Aubanel à Avignon, les enseignants de la FSU demandent que les épreuves anticipées soient annulées. Un tract sera distribué aux parents pour demander la transformation des contrôles en épreuves finales avant l'été.  

Repousser les épreuves en fin d'année

Aurelia Dessalles, professeur d'anglais au lycée Aubanel, explique pourquoi il faut annuler "déjà parce qu'on est pas prêt ! Ce qui est quand même embêtant pour les élèves". Cette enseignante a aussi "découvert que les sujets proposés ne correspondent pas à ce qui a été fait en classe depuis le mois de septembre... Les sujets sont très élitistes".

Cette syndiquée FSU a pourtant "l'habitude des épreuves du baccalauréat avec une sorte de rituel, mais surtout avec une surveillance particulière avec des consignes de correction. Là, tout ça n'existe pas. On n'a pas de consignes de correction ! Chaque établissement, chaque enseignant corrigera comme bon lui semble."

Les professeurs demandent des critères de correction

À quelques semaines des premières épreuves,  ce sont les professeurs qui ont besoin de réviser. Aurélie Dessalles est professeur d'histoire-géographie au lycée Aubanel à Avignon ne sait pas comment noter ses élèves : "dans certaines académie, ils ont organisé des journées de formation pour remplir et comprendre la fiche d'évaluation !" 

Sa collègue Caroline Dessau doit faire passer l'épreuve d'anglais avant fin février. Elle demande le report de cette épreuve : "les sujets proposés ne correspondent pas à la progression de cette année. On voit qu'il y a une impréparation. On doit faire nos propres corrections, on n'a pas de critère d'évaluation cohérents. On a l'impression que tout a été fait dans la précipitation."

La professeur d'histoire-géographie souhaite donc prendre du temps pour ces épreuves : "on demande que ces épreuves soient faites en fin d'année avec un sujet national, des consignes de correction pour chaque matière".

La FSU et l'UNSA appellent au boycott. Le rectorat reconnaît un "manque de repères" mais assure que "les épreuves auront bien lieu".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu