Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Colère dans les crèches de la Drôme et de l'Ardèche : "Les bébés ne sont pas des sardines !"

jeudi 28 mars 2019 à 18:39 Par Adrien Serrière, France Bleu Drôme Ardèche

Les professionnels de la petite enfance de Drôme et d'Ardèche ont fait grève ce jeudi. 150 personnes se sont rassemblées devant l'hôtel de ville de Valence pour protester contre le projet du gouvernement qui entend réformer l'accessibilité aux établissements d'accueil des jeunes enfants.

150 personnes, des professionnels de la petite enfance et des parents, se sont rassemblés devant l'hôtel de ville de Valence.
150 personnes, des professionnels de la petite enfance et des parents, se sont rassemblés devant l'hôtel de ville de Valence. © Radio France - Adrien Serrière

Valence, France

"Les bébés ne sont pas des sardines !" C'est le cri d'alarme des professionnels de la petite enfance. 150 personnes venues des différents établissements d'accueil des jeunes enfants (EAJE) de la Drôme et de l'Ardèche se sont rassemblées devant l'hôtel de ville de Valence jeudi matin. La crainte des professionnels du milieu est de voir leur métier perdre en humanité avec la réforme préparée actuellement par le gouvernement et qui devrait être adoptée par ordonnance. Son objectif est d'augmenter les places en crèche et de réduire les coûts. 

Du "travail à la chaîne" 

La charge de travail des auxiliaires de puériculture a déjà augmenté ces dernières années, "ça s'est beaucoup dégradé", confie Gaëlle qui travaille dans une crèche d'Arche agglo. Les mesures qui pourraient bientôt entrer en vigueur inquiètent cette auxiliaire de puériculture. Le taux d'encadrement passerait à un professionnel pour huit enfants dès lors qu'ils ont plus de quinze mois. "On va privilégier la quantité à la qualité", commente Gaëlle qui parle même de "travail à la chaîne" et regrette de ne pas pouvoir "prendre le temps avec chaque enfant"

"On ne peut pas garder huit enfants de quinze mois, je conseille à tout le monde d'essayer pour s'en rendre compte", argumente Brigitte, éducatrice de jeunes enfants dans une crèche de Valence-Romans agglo. Sophie, une autre professionnelle du secteur, pointe même le "risque d'accidents" lorsque les enfants sont livrés à eux-mêmes. 

Des auxiliaires de puériculture proches de l'épuisement 

Les professionnels de la petite enfance craignent aussi pour leur propre état de santé. "La fatigue se fait ressentir", reconnait Gaëlle. Les cas d'épuisement et de burn-out se multiplient dans les établissements. 

Face à cette situation, le personnel tente d'alerter les parents. Certains sont venus participer à la mobilisation de jeudi matin. Fatima, une maman, dit comprendre l'exaspération des professionnels qui gardent son enfant : "Garder des enfants toute la journée sans avoir les moyens nécessaires pour leur développement intellectuel ou sensoriel, c'est aberrant".

"La couche est pleine" dit cette banderole de grévistes. - Radio France
"La couche est pleine" dit cette banderole de grévistes. © Radio France - Adrien Serrière