Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Les résultats du bac 2019 entre joie et assemblée générale à Grenoble

-
Par , France Bleu Isère

Alors que les cris de joie -le plus souvent- ont encore résonné dans les lycées isérois cette année, les résultats du bac ont aussi été marqués par des "notes provisoires" et une assemblée générale de grévistes devant le rectorat de Grenoble.

Une série de notes "provisoires" pour des copies que les enseignants grévistes avaient encore en main ce matin
Une série de notes "provisoires" pour des copies que les enseignants grévistes avaient encore en main ce matin © Radio France - Laurent Gallien

Grenoble, France

Les résultats du bac habituellement ce sont des cris de joie, des sourires, quelques larmes parfois. Ce sont des lycéens qui vont "aller boire un coup pour fêter ça" ensemble, avant que chacun poursuive sa voie dans les études supérieures. Ce sont des enseignants émus de voir partir ces élèves, des réussites qui valident leur travail et qui sont toujours là pour conseiller et remonter le moral de ceux qui devront en passer par le rattrapage. 

Mais...

C'était ça encore ce vendredi matin au lycée Stendhal à Grenoble mais c'était aussi une autre liste affichée sur une vitre, de 130 noms environ, d'élèves qui n'ont pas leur note définitive en philosophie. C'est un exemple de cette grève des corrections suivie par des enseignants à l'appel des syndicats CGT Éduc'action, CNT, FO, FSU, SNALC et Sud-Éducation contre la réforme Blanquer. Un mouvement qui, selon le rectorat de Grenoble, a touché "un peu moins de 3% des lycéens sur l'académie (Isère, Drôme, Ardèche, Savoie, Haute-Savoie)".

Joie et, plus rarement, déception devant les résultats affichés au lycée Stendhal de Grenoble - Radio France
Joie et, plus rarement, déception devant les résultats affichés au lycée Stendhal de Grenoble © Radio France - Laurent Gallien

Injustices et inégalités de traitements?

Quel que soit leur nombre le fait est que l'absence de certaines notes et la parade choisie par le ministère (donner la note de contrôle continu et revenir ensuite à la note de l'épreuve si celle-ci s'avère meilleure) peuvent amener quelques difficultés supplémentaires. Un lycéen qui aurait particulièrement raté une épreuve du bac dans une matière où il est d'habitude meilleur, et qui a été corrigé, pourrait se sentir lésé par rapport à un autre qui, lui, "récupère" ses bons résultats de l'année.

Par ailleurs ce micmac a entraîné la non-tenue, en réaction, de certains jury du bac chargés, classiquement, "d'offrir" aux candidats ayant un "avis favorable" du conseil de classe, les deux, trois ou cinq points qui leur manquent pour une mention et même parfois pour l'obtention du diplôme ! Si ces jurys n'ont pas eu lieu les élèves peuvent, selon les enseignants grévistes, invoquer une "inégalité de traitement".

Enseignants grévistes en assemblée générale vendredi midi devant le rectorat de Grenoble - Radio France
Enseignants grévistes en assemblée générale vendredi midi devant le rectorat de Grenoble © Radio France - Laurent Gallien

AG, revendications et... rendez-vous à la rentrée 

Des enseignants grévistes qui étaient une cinquantaine en fin de matinée ce vendredi devant le rectorat de Grenoble, avant de rendre les dernières copies retenues en début d'après-midi. Une des activités du matin a aussi été pour eux d'encourager les lycéens en limite de mention et de passage au rattrapage, à "déposer un recours devant le rectorat", voire de "porter plainte" pour inégalité de traitement. 

Des situations qui sont nées de leur mouvement. "Ils n'auraient pas été victimes de cette injustice surtout si le ministère et le ministre avaient accepté de discuter, répond Jean-Christophe Barraud, enseignant dans un lycée grenoblois, [...] nous, nous considérons que la situation dans laquelle nous sommes est imputable au ministre". Un Jean-Michel Blanquer qui selon les enseignants aurait pu "reporter les résultats à lundi" et éviter de s'arc-bouter sur la date du 5 juillet simplement "par orgueil, pour ne pas se déjuger". Ils appellent à sa démission et se donnent rendez-vous à Grenoble le 11 septembre devant le rectorat pour continuer la lutte. 

Tas de copies encore retenues par les enseignants correcteurs grévistes ce vendredi matin devant le rectorat de Grenoble - Radio France
Tas de copies encore retenues par les enseignants correcteurs grévistes ce vendredi matin devant le rectorat de Grenoble © Radio France - Laurent Gallien
Certains élèves se sont vus créditer provisoirement leur moyenne de l'année dans certaines matières - Radio France
Certains élèves se sont vus créditer provisoirement leur moyenne de l'année dans certaines matières © Radio France - Laurent Gallien