Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Les retards liés à la grève SNCF seront tolérés pour le Bac en Limousin

vendredi 15 juin 2018 à 9:27 Par Fabienne Joigneault, France Bleu Limousin

La rectrice d'académie confirme une certaine tolérance pour les candidats qui auraient jusqu'à une heure de retard à l'examen. Mais attention, l'épreuve se terminera à l'heure prévue quand même ! Christine Gavini-Chevet faisait le point sur le Bac 2018 à 8h15 sur France Bleu Limousin.

Christine Gavini-Chevet, rectrice de l'académie de Limoges, se veut rassurante sur plusieurs points
Christine Gavini-Chevet, rectrice de l'académie de Limoges, se veut rassurante sur plusieurs points © Radio France - Françoise Pain

Limousin, France

Près de 7.000 candidats (6.964 exactement) présentent le Baccalauréat cette année, soit 4% de plus que l'an dernier. La philosophie lancera les épreuve lundi, même si certains candidats, en filière professionnelles, ou pour des options ont déjà commencé. La rectrice de l'académie de Limoges, Christine Gavini-Chevet, a répondu ce vendredi matin aux 3 questions de France Bleu Limousin, avec Françoise Pain.   

Le début du Bac coïncide avec une nouvelle vague de grève à la SNCF : est-ce qu'il y aura une tolérance pour les retards ?

Oui, nous avons une plus grande vigilance vis à vis des élèves qui ont des difficultés de transports, nous avons bien travaillé avec la SNCF, qui pourra délivrer des attestations pour prouver qu'il y a eu un cas de force majeure. Et les candidats seront admis en salle d'examen jusqu'à une heure après le début de l'épreuve. En revanche, le temps d'examen ne sera pas allongé, l'épreuve se terminera à la même heure pour tout le monde ! Le problème est quand même beaucoup moins sensible ici, où beaucoup de jeunes sont habitués à utiliser leurs propres moyens de transport, qu'en Île-de-France.  

Ces dernières semaines, les élèves de terminale ont géré en parallèle les révisions du bac et les réponses de Parcoursup. Quel est le pourcentage d'élèves qui n'a pas d'affectation dans l'enseignement supérieur ?   

Fort heureusement, il y a peu d'élèves qui n'ont pas de réponse à ce stade. De manière générale, 80% ont reçu déjà des réponse, et ici, on frôle parfois les 90%. Il y a encore quelques élèves qui attendent, et quelques autres, moins d'une centaine, qui n'ont aucune réponse positive. Nous les traitons au cas par cas, via la commission d'accès l'enseignement supérieur. Et nous avons déjà résolu la moitié de ces problèmes. Je comprends que ce soit stressant. Mais l'année dernière, les résultats d'APB étaient tombés le 8 juin et les candidats n'avaient alors qu'une proposition. Parcoursup leur en fait 3. Donc, je pense que le niveau de stress est comparable, simplement c'est nouveau ! 

Après l'occupation de la fac de lettres, l'Université a accepté, dans la négociation, de ne pas faire le classement des élèves demandé par Parcoursup. Est-ce que c'est un problème, ou pas, compte-tenu des places dont on dispose (y compris en STAPS où 90 places ont été créées) ?  

Je trouve qu'il est un peu dommage qu'on prenne un engagement de ce type, et je l'ai dit au président de l'Université. Parce que la logique de Parcoursup, c'est de faire en sorte que chaque élève puisse avoir une orientation lui permettant de réussir. Donc si on ne regarde pas son dossier, on ne peut pas s'en assurer.