Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Les salariés de Sup de Co La Rochelle inquiets de la réorganisation en cours

lundi 9 avril 2018 à 6:06 Par Julien Fleury, France Bleu La Rochelle

Arrivé il y a six mois, le nouveau directeur Bruno Neil revoit les attributions des différents directeurs de l'école. D'où plusieurs départs, et beaucoup d'incertitudes pour les salariés qui restent.

Le nouveau directeur général de Sup de Co a lancé une réorganisation qui visiblement ne plaît pas à tout le monde.
Le nouveau directeur général de Sup de Co a lancé une réorganisation qui visiblement ne plaît pas à tout le monde. - Groupe Sup de Co La Rochelle

La Rochelle, France

"Je ne me sens plus à ma place". Les mots d'un directeur de service qui vient de négocier son départ de Sup de co La Rochelle, après avoir perdu une partie de ses prérogatives et de son équipe. Il affirme avoir subi plusieurs semaines de pressions avant de jeter l'éponge. Des témoignages comme celui-là, les élus du CHSCT (comité hygiène, sécurité et conditions de travail) en ont reçu plusieurs, au point de déclencher leur droit d'alerte et de prévenir l'inspection et la médecin du travail.

Droit d'alerte déclenché

Priorité des élus: obtenir un organigramme précis, pour mettre fin aux rumeurs sur la disgrâce des uns et des autres. La réunion d'urgence convoquée vendredi n'a pas permis d'en apprendre beaucoup plus. Rendez-vous est donné dans un un mois. La direction nie de son côté toute brutalité, et ne veut pas entendre parler de harcèlement. "On n'a jamais parlé comme ça" aurait assuré le nouveau directeur général lors de la réunion de vendredi.

Bruno Neil est soutenu à 100% par son président Robert Butel, qui vante au contraire son humanité. "Mais c'est un manager" ajoute Robert Butel, "et quand il dit non, c'est non." Dans sa réponse à l'inspection du travail, Robert Butel promet que les projets de réorganisation de l'école sont partagés avec les représentants du personnel, et qu'il n'a eu aucun retour négatif de leur part. Un président étonné de l'initiative du CHSCT. Initiative qui, selon lui, a rapidement fait pschitt.

Lettre anonyme

Une lettre anonyme a contribuer à tendre le climat au sein de l'école, lettre dont France Bleu La Rochelle a notamment été destinataire. Selon ce courrier, "les franc-maçons d'avoir pris le pouvoir et cassent du personnel". Suit une liste de directeurs en souffrance ou partis brutalement, et une autre liste de francs-maçons supposés, tous membres de la direction exécutive de l'école.

Parmi les destinataires de cette lettre anonyme, Daniel Peyron, qui a dirigé Sup de co La Rochelle durant 17 ans avant de laisser la place à Bruno Neil en octobre dernier. Daniel Peyron dont le travail aurait été "détruit" par le nouveau directeur général. "N'importe quoi" s'emporte celui qui est désormais consultant en tourisme, et qui ne tarit pas d'éloges sur son successeur: "compétent" et "très humain", affirme Daniel Peyron. "Bruno Neil poursuit les chantiers que j'ai lancés", précise-t-il.

"Dire non, ce n'est pas maltraiter"

L'ancien directeur reconnaît suivre d'un peu plus loin maintenant la vie de l'école. Mais aucun cas avéré de souffrance au travail n'est remonté à ses oreilles. "Le changement fait toujours peur", analyse Daniel Peyron, "mais dire non, ce n'est pas maltraiter". Pour lui une poignée de personnes cherchent à faire du bruit, parce qu'elles ont perdu une partie de leur pouvoir. "Je méprise ces courageux anonymes", assène Daniel Peyron qui a sa petite idée sur l'auteur principal. Un prof qui aurait quitté l'école, selon lui.

Les franc-maçons ont-ils pris le pouvoir comme le dénonce ce courrier? Daniel Peyron n'y croit pas une seconde. Lui même assure ne pas en faire partie, or c'est lui qui a fait nommer l'essentiel des dirigeants qui travaillent aujourd'hui autour de Bruno Neil.

Sup de co La Rochelle emploie 600 personnes, dont une moitié de personnels permanents, pour un peu plus de 3.000 étudiants.