Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Les universités Paris I et Paris II veulent conserver la sélection des étudiants en master

lundi 7 mars 2016 à 5:00 Par Rémi Brancato, France Bleu Paris

La sélection des étudiants pour l'entrée en master a été jugée illégale par le Conseil d'Etat. Les présidents des universités Paris I et Paris II publient donc une lettre ouverte au gouvernement pour demander la publication d'un décret qui les autoriserait à poursuivre la sélection.

L'entrée de l'université Paris 2 Panthéon-Assas
L'entrée de l'université Paris 2 Panthéon-Assas © Radio France - Rémi Brancato

Paris, France

Les présidents de l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et de l'université Paris 2 Panthéon-Assas ont écrit vendredi une lettre ouverte, publiée dans les journaux Le Monde et Le Figaro, à la ministre de l'Education nationale de l'enseignement supérieur et de la recherche et au secrétaire d'Etat en charge de l'enseignement supérieur. Ils demandent aux ministres de pouvoir poursuivre la sélection des étudiants opérées entre la fin du master 1 et le début du master 2.

Le Conseil d'Etat juge "illégale" la sélection

Le Conseil d'Etat a jugé début février que cette sélection est illégale, sauf si le gouvernement prend un décret pour lister les formations autorisées à l'opérer. Thierry Mandon, le secrétaire d'Etat en charge de l'enseignement supérieur, a promis que ce décret serait publié en avril. Dans leur lettre ouverte, les deux présidents d'université, qui sélectionnent leurs étudiants en fin de master 1 demandent donc "que soit pris, dans les plus brefs délais, [ce décret] afin de sécuriser le fonctionnement actuel des masters, et que tous nos masters figurent sur la liste des formations sélectives."

Pas suffisament de place pour tous les étudiants, selon les présidents d'université

Guillaume Leyte, le président de l'université Paris 2 Panthéon-Assas, justifie la sélection car "il n'y a pas de place en terme d'emploi", à l'issue des formations. Et les directeurs de masters "régulent en fonction des places de stage dont ils disposent".

Par ailleurs, la place physique manque pour accueillir tout le monde. "Paris 2 a un déficit de 15 000 m² au moins" justifie Guillaume Leyte, qui craint la fermeture de certains masters si la sélection n'est plus opérée.

Guillaume Leyte dénonce "une situation de non droit faute de décret"

"Sans sélection, on va se retrouver avec des masters de 150 personnes", regrette Guillaume Guton, en master 2 de droit des assurances à Assas.

La plupart des étudiants acceptent la règle de la sélection. Mais certains profitent du flou juridique. L'an passé trois étudiants ont attaqué Paris 2 car ils n'avaient pas été admis en master 2 l'an passé. Faute de décret, les présidents des deux universités craignent que ces contentieux se multiplient, alors que les inscriptions débutent dans quelques semaines.

Les étudiants sont dans l'incertitude. Reportage de Rémi Brancato.