Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Les week-ends d'intégration bientôt encadrés par une charte

mercredi 10 octobre 2018 à 10:27 Par Tommy Cattaneo, France Bleu

Pour éviter les drames et les bizutages lors des week-ends d'intégration étudiants, le ministère de l'Enseignement supérieur met en place une charte ce mercredi. Les associations étudiantes devront renseigner leur programme, mais aussi la quantité d'alcool prévue pour le week-end.

Les organisateurs devront par exemple préciser la quantité d'alcool prévue pour le week-end.
Les organisateurs devront par exemple préciser la quantité d'alcool prévue pour le week-end. © Maxppp - Pierre Heckler.

Le ministère de l'Enseignement supérieur ne veut plus de drames et de débordements lors des week-ends d'intégration étudiants. La ministre Frédérique Vidal réunit ce mercredi les responsables d'universités et les associations étudiantes pour leur présenter une charte relative à l'organisation de ces journées festives.

Budget, programme du week-end et quantité d'alcool prévue

"Chaque année, des événements organisés pour l'intégration des nouvelles promotions sont associés à des prises de risque qui peuvent conduire à des drames", peut-on lire dans cette charte, alors qu'une nouvelle campagne de prévention est lancée. Avec cette charte, les organisateurs des week-ends devront détailler leur programme, leur budget, les "risques accidentels liés au lieu" ou encore la quantité d'alcool prévue. "Aujourd'hui les associations étudiantes n'ont pas vraiment toutes les clefs pour organiser des événements responsables et elles manquent de formation", rappelle le ministère. 

Il encourage aussi les responsables associatifs à suivre des formations de premiers secours, ou à faire appel à des secouristes professionnels, alors qu'un étudiant de la faculté dentaire de Rennes était décédé en septembre 2017 lors d'un de ces week-ends.

La responsabilité des chefs d'universités engagée en cas de débordements

La ministre Frédérique Vidal invite aussi les représentants d'établissement à accompagner les associations et les bureaux des élèves dans l'organisation de tout événement festif, comme elle l'avait fait dans une lettre envoyée fin septembre, en rappelant aussi que la responsabilité des chefs d'universités peut être engagée, "que l'événement se déroule ou non en ses murs."

Lors de la rentrée, des guides ont été distribués aux étudiants chargés d'organiser ces week-ends. Il rappelle que les bizutages sont interdits, et que forcer les étudiants boire de l'alcool de manière excessive lors de réunions liées aux milieux scolaire et socio-éducatif est passible de six mois d'emprisonnement et de 7 500 euros d'amende.