Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Liézey: L'école ferme définitivement ses portes ce vendredi. Une émotion partagée par toute la population

jeudi 5 juillet 2018 à 19:43 Par Hervé Toutain, France Bleu Sud Lorraine

L'école de Liézey dans les Vosges, ferme définitivement ses portes aujourd'hui. Une classe unique de 11 élèves, du cours préparatoire au CM2. L'année prochaine les enfants iront au Tholy à 6 kilomètres. L'émotion reste vive dans la commune.

Le maître Michel Burlett avec ses élèves.
Le maître Michel Burlett avec ses élèves. © Radio France - Hervé Toutain

Liézey, France

Ils sont 11, garçon et filles, dans une classe unique, du cours préparatoire au CM2.  Aujourd'hui c'est leur dernier jour de classe à Liézey. L'année prochaine, les élèves iront au Tholy à 6 kilomètres de là. 

L'ambiance est déja aux vacances. Le maître Michel Burlett organise des jeux, et la tableau noir a pris des couleurs. D'abord intimidé, Théo se décide à parler.."Je suis triste que l'école ferme, dommage qu'il n'y ait pas plus d'enfants"..

Michel Burlett qui sera professeur des écoles l'année prochaine à Lépange-sur-Vologne, ne cache pas lui non plus son émotion.."Un crève coeur" dit-il. Dans ces petites communes, l'école est avant tout une famille. Et à Liézey, cette famille va se trouver éclatée.

"C'était toute ma vie"

Dans le couloir de l'école, Monique Petitnicolas est un peu perdue. Cela fait 26 ans qu'elle s'occupe des enfants de Liézey. La retraite se profile à la fin de l'année pour cette femme qui s'occupe notamment de la garderie. "J'espère que par un moyen ou un autre je pourrais garder le contact avec les enfants". Un souhait plus qu'une réalité. Dominique Petitnicolas, tourne sans doute la page la plus heureuse de sa vie. "Cela va être dur" conclut-elle la voix    cassée.

Une" politique du chiffre"

A la sortie de l'école, une mère de famille attend son enfant. Elle n'accepte toujours pas cette décision de fermeture.."c'est une politique du chiffre, qui ne prend pas en compte l'intérêt des enfants" souligne la jeune femme, qui s'inquiète déjà de ne plus entendre le cris et les chants des élèves dans la cour. 

Une école vide, quoi de plus triste.