Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Limoges : près de 200 personnes se mobilisent pour le maintien du rectorat de Limoges

mercredi 27 juin 2018 à 20:19 Par Nicolas Tarrade, France Bleu Limousin

Une nouvelle manifestation a eu lieu ce mercredi après-midi, devant les grilles du rectorat de Limoges. Entre 150 et 200 manifestants ont voulu se faire entendre pour maintenir l'académie de Limoges. Leur crainte : une gestion de l'académie depuis Bordeaux.

Près de 200 personnes ont manifesté devant les grilles du rectorat de Limoges
Près de 200 personnes ont manifesté devant les grilles du rectorat de Limoges © Radio France - Nicolas Tarrade

Limoges, France

A l'appel de 7 organisations syndicales, une nouvelle mobilisation a eu lieu ce mercredi après-midi, devant les grilles du rectorat de Limoges. Entre 150 et 200 personnes ont fait le déplacement. Et parmi elles, des agents du rectorat, des enseignants, des élus locaux, des parents d'élèves. Ils continuent de lutter contre une possible et probable disparition du rectorat de Limoges, au profit de celui de Bordeaux. Selon les manifestations, une gestion qui ne permettrait pas de prendre en compte les spécificités de l'ex-région Limousin. 

"Aujourd'hui, pour exercer, il faut que j'ai des référents très proches au rectorat", explique cette prof d'allemand, qui enseigne dans trois collèges. "Aujourd'hui, ils comprennent les temps de transport, pour être remplacé, il faut quand même que les gens se connaissent. Là, c'est sûr, quand un prof d'allemand sera absent, il ne sera pas remplacé", prévient-elle. 

Et puis, pour les mutations des jeunes enseignants, le casse tête serait trop grand : "on va être en concurrence avec plusz de gens qui ont sans doute plus de points. Aujourd'hui, avec l'académie, on avait l'opportunité d'enseigner dans le Limousin. Là, ça veut dire qu'on peut se retrouver à Biarritz, à Périgueux".

Cette mobilisation en appelle assurément d'autres. La pétition en ligne pour le maintien de l'académie a déjà récolté plus de 4.000 signatures