Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Limoges : une opération "j'aime la musique, j'aime mes oreilles, je fais attention!" menée au Conservatoire

mercredi 4 avril 2018 à 19:56 Par Nicolas Tarrade, France Bleu Limousin

L'association Audition Solidarité a tenu des conférences, depuis ce mardi, au Conservatoire de Limoges, où près de 400 élèves ont assisté. Objectif : prendre soin de ses oreilles et adopter les bonnes habitudes.

L'association Audition Solidarité a tenu des conférences, depuis ce mardi, au Conservatoire de Limoges, où près de 400 élèves ont assisté.
L'association Audition Solidarité a tenu des conférences, depuis ce mardi, au Conservatoire de Limoges, où près de 400 élèves ont assisté. © Radio France - Nicolas Tarrade

Limoges, France

Vous êtes peut-être en train de lire cet article, sur votre smartphone, avec de la musique dans vos écouteurs, avec le volume le plus élevé. Attention danger. Pour Jean-Yves Paquelet, responsable de la prévention auditive de l'association Audition Solidarité, les habitudes de vie de certains jeunes sont inquiétantes. "Lors de la conférence, il y avait des enfants de 6,7 ans qui avaient déjà des sifflements dans l'oreille, voire même pour certains presque en permanence. Et ils disent "ah bon, c'est pas normal d'avoir ça", on leur explique que non ce n'est pas du tout normal", explique-t-il.

Une prise de conscience nécessaire

Avec la sur-utilisation des tablettes tactiles dès le plus jeune âge, avec la musique qui est écoutée de plus en plus forte dans les écouteurs, cette conférence a permis à 400 élèves de prendre conscience de ces dangers, comme l'explique Damien Royannais, le directeur du Conservatoire : "je n'ai pas pu m'empêcher en rentrant hier soir, chez moi, de transposer ce qu'on s'était dit, lors de la conférence, sur les habitudes que je prenais avec mes enfants. On met un casque pour être tranquille parce que la sœur ou le frère veut regarder un autre DVD. Du coup, on s'isole et on met des écouteurs. Cela fait réagir", estime le directeur du Conservatoire après avoir suivi les conférences.

En 30 ans de métier, Françoise Chapelle, professeure de saxophone au Conservatoire, est vigilante aux problèmes d'audition de ces élèves. "Il existe plusieurs aspects sous cette appellation d'oreille. Il y a l'aspect physique, l'organe, l'ouïe. Et puis, pour les musiciens, il y a l'oreille de la musique, l'oreille éduquée qui a l'habitude d'entendre les sons et les hauteurs. Mais c'est vrai que pour avoir la deuxième, il faut avoir la première", prévient-elle.