Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Lingua Corsa, lingua viva ?

mardi 5 septembre 2017 à 10:06 Par Hélène Battini et Pierre-Louis Sardi, France Bleu RCFM

Dans notre académie, l'enseignement du corse constitue l'une des préoccupations principales. Selon les chiffres fournis par le rectorat, en dépit des efforts déployés, il peine à se généraliser.

Lingua Corsa, Lingua materna
Lingua Corsa, Lingua materna © Maxppp - maxppp

Corse, France

Si dans le primaire, 137 écoles sur les 249 le proposent dès la maternelle, soit un peu plus de 55 %, ce qui représente 9300 élèves sur les 26000 inscrits en primaire, c'est à partir du collège que la situation se dégrade. Emplois du temps chargés, mais surtout manque de professeurs capables d'enseigner leur matière, telles que les mathématiques. Seuls 20% des élèves sont bilingues en sixième, idem en seconde, et en terminale il n'y a plus que 4% d'élèves corsophones.

Un "énorme problème" dans le secondaire

Au conseil exécutif de Corse, Xavier Luciani qui est chargé de la langue corse demande à l’État de respecter ses engagements. « Les chiffres laissent présager une bonne rentrée scolaire dans le primaire, dans le secondaire il y a un problème énorme ! Les filières bilingues du secondaire sont aujourd’hui à hauteur de 15%, c’est nettement suffisant par rapport au contrat de plan interrégional signé par le président Simeoni avec l’État. Il faut absolument poser la question du développement de ces filières bilingues dans le secondaire et lancer rapidement aussi l’expérience de l’immersion dans les classes maternelles. »

Le service minimum

Un sentiment aussi partagé par Roger Mela, pour les parents d'élèves de la FCPE de Corse du sud : « Je pense que nous avons le service minimum ! L’enseignement du corse par l’éducation nationale doit se faire par des profs de qualité et pas seulement des intervenants extérieurs, en réalité ils doivent venir en complément. »

**La fin d'un vivier

**

Côté rectorat, Hyacinthe Ottaviani a son explication concernant la pénurie de professeurs : « On a un vivier des enseignants qui se rétréci de plus en plus. Si on prend le concours bilingue on a eu 13 admis cette année, mais le vivier s’épuise, je pense qu’on est arrivé pratiquement à la fin des ressources au niveau des jeunes. Mais on a espoir que ces jeunes deviennent corsophones et les enseignants de demain. »

En cette rentrée 2017, la question de l'enseignement de la langue Corse reste entière...