Éducation

Lise Dumasy, présidente de l'Université de Grenoble : "Admission Post-Bac est arrivé à ses limites"

Par Simon De Faucompret, France Bleu Isère jeudi 14 septembre 2017 à 8:39

La présidente de l'Université Grenoble-Alpes a fait l'état des lieux de la rentrée universitaire 2017 ce jeudi 14 septembre sur France Bleu Isère.
La présidente de l'Université Grenoble-Alpes a fait l'état des lieux de la rentrée universitaire 2017 ce jeudi 14 septembre sur France Bleu Isère. © Radio France - Simon de Faucompret

La présidente de l'Université Grenoble-Alpes (UGA), Lise Dumasy revient en cette rentrée universitaire sur les difficultés de certains étudiants avec la plateforme Admission Post-bac (APB) pendant l'été et dénonce une manque d'anticipation par l'Etat.

La rentrée universitaire est lancée pour tout le monde à l'Université Grenoble-Alpes (UGA). Mais pour certains étudiants malchanceux, ce ne sera pas dans la filière qu'ils visaient au moment des inscriptions sur la plateforme Admission Post-bac (APB). Un outil battu en brèche par de nombreux détracteurs, qui a montré ses limites pendant l'été : à la fermeture de la session principale d'inscriptions, le mercredi 19 juillet dernier, près de 87 000 jeunes candidats étaient sans affectation.

Une situation délicate qui a mené certains bacheliers à faire leurs choix faute de mieux, ou même à ne pas pouvoir choisir leur filière du tout. "Le principe de filière choisie est une question complexe", tempère Lise Dumasy, présidente de l'UGA. "Quelquefois, l'orientation raisonnable n'est pas forcément celle qui est justement choisie par le candidat."

Difficile, néanmoins, d'ignorer ces cas d'étudiants d'excellence, pour certains détenteurs d'une mention Très bien au bac, et refusés dans leur filière de prédilection. "J'ai effectivement vu deux ou trois de ces cas passer à l'UGA", confirme la présidente. "Cela montre bien que le système d'Admission Post-bac arrive à ses limites."

Adapter les modes d'orientation

Faudrait-il donc changer d'outil d'inscription pour les études supérieures ?

"Nous savons que le problème majeur concerne les bacheliers technologiques et professionnels", poursuit Lise Dumasy. "Il faut donc développer des cursus qui leur soient adaptés." Des méthodes sur mesure à prendre rapidement, "avant l'été prochain" selon elle.

Ces soucis d'anticipation et autres réglages doivent par ailleurs être observés en considérant la relative jeunesse de l'UGA, rappelle sa directrice. La fusion des trois universités de Grenoble (Pierre Mendès-France, Stendhal et Joseph-Fourier) en une seule entité date d'un an et demi. "Nous sommes plus efficaces aujourd'hui", affirme-t-elle. "Nous développons des filières pluridisciplinaires et internationales."

Parmi elles, un tout nouveau Master en cybercriminalité. "Nous développons des formations qui répondent à des besoins de société ! Ce master nous fait devenir le deuxième site universitaire en la matière, derrière Paris", se félicite Lise Dumasy. Ce qui vaut à l'UGA d'intégrer en 2017 le top 50 dans huit classements thématiques du "Global ranking of academic subjects", classement international réalisé par le cabinet Shanghaï ranking consultancy.

Revivez l'intervention de Lise Dumasy dans la matinale de France Bleu Isère, ce jeudi 14 septembre.