Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Loire-Atlantique : 15 jours après la rentrée, les premières difficultés liées à la covid-19

-
Par , France Bleu Loire Océan

Deux semaines après la rentrée des classes, le syndicat enseignant Snuipp-FSU pointe les premières difficultés liées à la covid-19. La première d'entre elles : des masques pas suffisamment protecteurs.

Le Snuipp-FSU demande des masques plus protecteurs que ceux distribués par l'Éducation nationale et que porte Bernard Valin sur la photo.
Le Snuipp-FSU demande des masques plus protecteurs que ceux distribués par l'Éducation nationale et que porte Bernard Valin sur la photo. © Radio France - Marion Fersing

Les enseignants de Loire-Atlantique se sentent "démunis" face à la covid-19. C'est le constat du syndicat enseignant Snuipp-FSU de Loire-Atlantique, deux semaines après la rentrée. 

Les masques ne nous protègent pas assez

Notamment à cause des masques lavables distribués par l'Éducation nationale explique Bernard Valin, le co-secrétaire départemental du syndicat : "l'Agence régionale de santé explique que les masques lavables qu'on nous a fournis ne correspondent pas aux normes sanitaires de protection totale. Ce qui nous pose un vrai problème en terme de sécurité. Ça veut dire que, si un élève a la covid-19, on devient forcément cas contact. On doit donc aller faire les tests et être en quatorzaine. Donc, dans les écoles, ça peut aller très, très vite : il suffit qu'un élèves soit contaminé et l'enseignant, les animateurs du périscolaire, le personnel de la cantine, tous deviennent cas contact. Et si, en plus, l'enseignant en question a mangé avec ses collègues le midi, c'est toute l'école qui est touchée. Ce n'est donc pas une lubie de notre part de demander des masques de haute protection, c'est une question de santé publique".

Des cas signalés trop tard pour le syndicat

À la fin de la semaine dernière, selon les chiffres donnés au syndicat par l'inspection d'académie, un millier d'élèves et 50 enseignants étaient en quatorzaine en Loire-Atlantique, du CP à la terminale, public et privé confondus. "Et on tarde à être informés quand il y a des cas. Dans plusieurs collèges, les enseignants ont appris plusieurs jours après qu'un élève qui était absent l'était parce qu'il a été contaminé".

Les remplaçants déjà tous en poste à cause de la covid-19

Autre conséquence de l'épidémie de covid, des classes sont déjà sans enseignants en Loire-Atlantique parce que tous les remplaçants sont déjà en poste. "Il faut remplacer les enseignants qui sont cas contacts et ceux qui sont absents pour garder leurs enfants qui sont en quatorzaine".   

Choix de la station

À venir dansDanssecondess