Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : plus de 100 classes fermées en Loire-Atlantique et en Vendée

-
Par , France Bleu Loire Océan

De plus en plus de classes ferment dans la région des Pays de la Loire, à cause de l'épidémie de coronavirus. Si en Loire-Atlantique, le chiffre est plutôt stable, en Vendée, il a presque doublé en moins d'une semaine ce qui a notamment entraîné la fermeture d'une école.

Plus de cent classes sont fermées en Loire-Atlantique et en Vendée.
Plus de cent classes sont fermées en Loire-Atlantique et en Vendée. © Radio France - Emmanuel Claverie

L'épidémie de coronavirus circule davantage dans les écoles et les chiffres, révélés par l'Académie de Nantes, le confirment. Dans la région des Pays de la Loire, 166 classes sont fermées ce mardi 30 mars, contre 130 jeudi dernier. En Loire-Atlantique, le chiffre est en très légère diminution : il est passé de 64 à 60. Par contre, en Vendée les fermetures ont presque doublé en cinq jours : de 23 à 41. Au total, 101 classes sont donc fermées en Loire-Atlantique et en Vendée. Une école a même du entièrement baisser le rideau : c'est l'école privée Saint-Pierre à Talmont-Saint-Hilaire qui ne devrait pas rouvrir ses portes avant jeudi matin.

"L'état de la santé mentale des enfants n'est pas bon"

La question d'une fermeture de toutes les écoles en France revient sur la table avec la hausse des contaminations. Ce sera au menu du conseil de défense, demain matin à l'Élysée. Pour Christèle Gras-Le Guen, à la tête des urgences pédiatriques du CHU de Nantes, prendre cette décision aurait un effet catastrophique. Ses services sont déjà assaillis d'appels : "Confiner des enfants dans des familles où les conditions ne seraient pas adaptées peut être extrêmement délétère. L'état de la santé mentale des enfants n'est pas bon, on voit ça tous les jours depuis fin octobre."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess