Infos

Loire-Atlantique : plusieurs dizaines d'instituteurs sans école à quelques jours de la rentrée

Par Marion Fersing, France Bleu Loire Océan lundi 29 août 2016 à 4:00

Enseignant, illustration
Enseignant, illustration © Maxppp -

A quelques jours de la rentrée, plusieurs dizaine d'instituteurs de Loire-Atlantique ne savent toujours pas où ils vont enseigner cette année. Dans certaines écoles, ils sont même plusieurs à avoir été nommés sur le même poste. Un problème "à la marge" pour l'inspection d'académie.

A quelques jours de la rentrée, plusieurs dizaines d'instituteurs de Loire-Atlantique (ils étaient encore une quarantaine vendredi) ne savent toujours dans quelle école ils vont enseigner cette année. Alors, bien sûr, il y a ceux qui doivent attendre que les ouvertures et les fermetures de classes soient décidées pour connaitre leur affectation. Mais il y en a aussi beaucoup qui ont découvert que le poste sur lequel il pensait être nommé avait aussi été attribué... à un autre enseignant !

En juin, je me suis rendue compte que j'étais nommée sur le même poste que deux autres enseignants. Depuis, j'ai beau appelé l'inspection, je ne sais où je vais atterrir

C'est le cas de cette jeune institutrice. Fin juin, elle apprend qu'elle est nommée sur le même poste que deux autres enseignants ! "On s'en est vite rendu compte et on s'est dit qu'on allait attendre d'avoir plus d'infos. On ne pensait pas que ça prendrait autant de temps..." Ni qu'il faudrait passer autant de coups de téléphone à l'inspection d'académie. "On essaie un peu de les harceler, pour avoir des nouvelles. On nous passe d'un service à l'autre, on nous donne des numéros qui mettent des heures à répondre. Pour pas avoir plus d'infos". Et dans ces conditions, impossible pour elle de préparer vraiment l'année scolaire. Elle cherche des activités qu'elle pourrait faire avec n'importe quel niveau, mais pour les maths ou le français, elle ne peut rien faire. "Au moins, cette année, j'ai des vacances un peu plus longues..." glisse-t-elle dans un sourire crispé. "Mais la suite n'en sera que plus stressante".

D'autres enseignants viennent juste de découvrir qu'il y avait un problème avec leur affectation. Alors qu'ils avaient commencé à préparer l'année scolaire

Et encore, elle ne s'en sort pas si mal. Elle a compris dès juin qu'il y avait un problème avec son affectation. D'autres enseignants l'ont découvert seulement à la fin de la semaine dernière explique Bernard Valin du Snuipp. "J'ai le cas d'une enseignante qui avait été nommée dans une école de Nantes, qui avait commencé à préparer son année scolaire, sans doute aussi qui avait pris contact avec l'école, les autres enseignants, qui était allée voir ce qu'elle avait comme matériel... Et qui va devoir tout recommencer ailleurs, avec peut-être un autre niveau. C'est n'est bon ni pour elle, ni pour les élèves, ni pour le service public d'éducation".

Une rentrée "réussie" pour l'inspection d'académie

En revanche, pour l'inspection d'académie, il n'y a pas de problème, ou seulement "à la marge". Sur 6000 enseignants, une quarantaine sans école à quelques jours de la rentrée, elle considère même que c'est une "réussite".

Avis complètement inverse pour les syndicats enseignants. Ils se réunissent en assemblée générale ce lundi matin pour décider d'une éventuelle journée d'action.

Partager sur :