Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Loire : des parents d'élèves se mobilisent contre la loi Blanquer

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Le projet de loi école est étudié en ce moment au Sénat, après une première lecture à l'Assemblée nationale. Dans la Loire, des parents se mobilisent régulièrement pour protester contre cette loi Blanquer : ils contestent beaucoup de points et craignent de mettre l'école en péril.

Les parents n'ont pas laissé leurs enfants à l'école Molina à Saint-Étienne pour protester contre la loi Blanquer.
Les parents n'ont pas laissé leurs enfants à l'école Molina à Saint-Étienne pour protester contre la loi Blanquer. © Radio France - OC

Saint-Étienne, France

C'était journée de mobilisation ce mardi 15 avril à l'école Molina de Saint-Étienne : d'abord le matin, les parents se sont regroupés devant les grilles de l'établissement, pour accrocher des pancartes "Loi Blanquer = école en danger". Ils sont restés une petite heure devant l'école maternelle. "Jusqu'ici en fait, on n'était pas trop au courant ce qui se passait et puis à force d'en entendre parler à droite à gauche, de voir les professeurs faire grève, ça nous a interpellé. Donc on s'est renseignés, et je me suis penchée sur cette loi Blanquer : j'ai tenté de la lire, mais c'est compliqué, c'est flou, ce n'est pas précis. On ne sait pas où on va... On aimerait savoir si vraiment il y aura un directeur par secteur, comment vont se passer les remplacements au niveau des professeurs, on aimerait bien des professeurs qui soit qualifiés, et jeter des étudiants dans l'arène, c'est trop tôt. A 20 ans, on ne peut pas gérer une classe", s'inquiète Zora, maman à l'école Molina.

Les pancartes accrochées sur les grilles de l'école Molina à Saint-Étienne ce mardi 14 mai. - Radio France
Les pancartes accrochées sur les grilles de l'école Molina à Saint-Étienne ce mardi 14 mai. © Radio France - OC

Mais l'après-midi, ils ont voulu frapper plus fort : les parents ont bloqués les portes de l'école lors de la reprise à 13h30. Le blocus devait durer une trentaine de minutes, mais finalement les parents n'ont pas rouvert les portes. Résultat : les mamans sont reparties avec leurs enfants et il n'y a pas eu classe. Jennifer est maman et déléguée des parents d'élèves : "Le directeur de l'école maternelle va envoyer un mail à l'inspection académique en les informant de la mobilisation ce qui va impacter, et il y a aussi un fort taux d'absentéisme et on suit le mouvement avec les autres écoles". 

En réaction à cette mobilisation, l'inspectrice d'académie Nathalie Thollot a proposé une rencontre aux parents d'élèves ce vendredi à 8h30.

Supprimer les directeurs pour faire un "super-directeur"

D'autres parents ont déjà pu rencontrer l'inspection académique pour évoquer toutes ces craintes concernant la loi Blanquer, comme à Saint-Germain-Laval. Les parents ont pu échanger avec Cyril Thomas, inspecteur académique. Mais vraiment avoir de réponses. La première version de ce texte prévoit le regroupement collège-écoles, avec la création d'établissements publics de savoir-fondamentaux. Et avec cette nouveauté, peut-être un seul directeur pour gérer toutes les classes. Sur la communauté de communes des Vals d'Aix et Isables, une charte de ruralité va être mise en place : ce texte prévoit déjà la création d'un poste de "super-directeur" et déjà 8 directeurs ont perdus leurs postes (RPI Bully Saint-Polgues, Ailleux Cezay Saint-Martin-la-Sauveté, RPI Saint-Julien Souternon Grézolles, RPI Vezelin-sur-Loire, Pommiers et Saint-Germain-Laval). 

Pour l'instant, impossible de savoir si cette charte vient en application anticipée de la loi Blanquer. Mais les parents sont très inquiets : "L'école de Saint-Germain-Laval ne sera plus la même à la rentrée, tout comme Pommiers, Saint-Julien-Souternon... Il y aura un regroupement d'école, on ne sait pas comment ça s'appelle. Mais il y aura 14 classes pour 6 villages et un super-directeur. On ne comprend pas la nécessité de supprimer les directeurs, il n'y aura plus ce côté humain qui est indispensable pour les enfants, pour les familles et pour les enseignants", détaille Claire, maman de Saint-Germain-Laval.

Ils craignent également être des cobayes d'une nouvelle loi qui est encore à étudiée par les parlementaires, et de faire les frais d'une expérimentation qui devrait pas exister. Sollicitée, l'inspection académique de la Loire n'a pas répondu à nos questions.