Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Loire : le collège de Pélussin bloqué lundi pour la rentrée

mardi 28 août 2018 à 19:17 Par David Valverde et Sandrine Morin, France Bleu Saint-Étienne Loire

Rentrée perturbée par une grève de la quasi totalité des enseignants pour critiquer la décision de l'Inspection d'Académie de ne pas ouvrir une nouvelle classe de 3e.

Les collégiens de Pélussin n'auront pas cours ce lundi.
Les collégiens de Pélussin n'auront pas cours ce lundi. © Maxppp - Lionel Vadam

Pélussin, France

Il n'y aura pas cours au collège Gaston Baty de Pélussin la semaine prochaine. Un collège en grève le jour de la rentrée, ce n’est pas banal. Cette grève ( qui devrait être suivie par la quasi totalité des 32 enseignants) veut dénonce la décision de l'Inspection d'Académie de ne pas ouvrir une nouvelle classe de troisième. 

Dans les quatre classes actuelles, les élèves seront 32 en moyenne pour cette rentrée alors que le seuil limite fixé par l'académie est de 30. Des enseignants amers car l'inspecteur d'académie leur aurait promis cette classe supplémentaire si les effectifs étaient confirmés. D'où la grève décidée à l'unanimité.  Le collège de 565 élèves pourrait donc être fermé une semaine. 

Une position incompréhensible pour le directeur académique Jean-Pierre Batailler. L'inspection académique a accordé seize heures en plus au collège de Pélussin. Elle estime que dix autres heures peuvent être trouvées en enlevant le dédoublement des classes de sixième pour compléter la dotation. "En donnant des heures au mois de juin, on a bien montré qu’on a pris en compte sa problématique. Qu’on gâche la rentrée des élèves, ce n’est pas normal. Cette grève, en pleine rentrée, c’est quelque chose de déplacé."  

Hugues Navarro, un des professeurs grévistes, enseignant de technologie, sait que le geste est fort. Mais selon lui, il ne faut pas jouer avec l'éducation. Et il ne faut pas accepter de surcharger les classes.

"C’est un acte décidé à l’unanimité. Si cette année on ne fait rien et qu’on laisse les 32 élèves que se passera t-il l’année prochaine ? Si je prends l’exemple des lycées avec 40 élèves voir plus, on pourrait avoir la même chose en collège assez rapidement.