Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Les cours vont-ils reprendre au lycée Georges-Brassens de Villeneuve-le-Roi ?

lundi 5 mars 2018 à 6:21 Par Valentin Dunate, France Bleu Paris

Depuis trois mois, les professeurs exercent leur droit de retrait après la découverte d’amiante dans l’air. Les 970 élèves ont dû suivre les cours dans d’autres lycées du Val-de-Marne. Ce lundi, ils doivent retrouver leur établissement malgré le scepticisme des professeurs et de certains élèves.

Des affiches placardées devant le lycée Georges Brassens de Villeneuve-le-Roi
Des affiches placardées devant le lycée Georges Brassens de Villeneuve-le-Roi © Radio France - Valentin Dunate

Villeneuve-le-Roi, France

Le maire (LR) de Villeneuve-le-Roi (et conseiller régional), Didier Gonzales résume parfaitement l’état d’esprit des parents d’élèves : "un certain nombre de doute ont été levé donc je ne vois pas pourquoi le travail ne reprendrait pas". Jeudi 1er mars, le conseil régional d’Ile-de-France et le rectorat de l’académie de Créteil ont annoncé la reprise des cours ce lundi dans les salles du lycée Georges Brassens de Villeneuve-le-Roi considérant qu’il n’y a "pas de risque en matière de santé et sécurité". 

Pourquoi fermer trois salles s'il n'y a pas de risques ? 

Si les parents d’élèves sont satisfaits, les professeurs et les élèves eux sont plus sceptiques car trois salles de classes resteront fermées et 11 devront faire l’objet d’une surveillance accrue. Jean-Noël Tardy, professeur d’histoire-géographie et représentant du SNES FSU se demande "Pourquoi ces trois salles sont fermées, pourquoi 11 sont sous surveillance approfondie ? Dans l’état actuel des choses, on ne peut pas encore se prononcer ?". Une question que prolonge le Député (En marche) du Val-de-Marne, Laurent Saint-Martin. "Qu’adviendra-t-il si l’une des mesures hebdomadaires concluait à la présence de fibre d’amiante dans l’air ? Un retour au collège Monod de Vitry-sur-Seine ? La responsabilité pénale des personnes décisionnaires dans ce dossier serait-elle engagée ?".  Une réunion est prévue ce lundi matin avant une reprise des cours prévue dans l’après-midi. Une reprise urgente tant la situation scolaire de ce lycée est devenue problématique. 

200 élèves ont décroché selon la FCPE 

Depuis la découverte d’amiante dans l’air début décembre, les élèves ont été transférés dans d’autres lycées du département mais certains ont totalement décroché. Selon Gérard Alvardo, représentant des parents d’élèves FCPE, "200 élèves ont décrochés et 20 familles ont décidé de quitter l’établissement".