Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Lycées bloqués, la représentante du SNPDEN estime que les élèves sont influencés par les enseignants

-
Par , France Bleu Loire Océan

Dominique Faure, numéro 2 du Syndicat National des Personnels de Direction de l'Education Nationale dans l'académie de Nantes, pointe du doigt l'influence des enseignants sur la mobilisation des lycéens contre le nouveau baccalauréat.

Enseignants manifestant contre la nouvelle formule du baccalauréat
Enseignants manifestant contre la nouvelle formule du baccalauréat © Maxppp - Alexandre MARCHI

La secrétaire académique adjointe du SNPDEN (Syndicat National des Personnels de Direction de l'Education Nationale) estime que les élèves qui manifestent contre la nouvelle formule du bac, sont influencés par les enseignants. La proviseure du lycée Honoré d'Estienne d'Orves observe que, dans les lycées de l'académie de Nantes, "les élèves valident la reforme du lycée. Ils ont apprécié de pouvoir choisir leur spécialité, ils valident la forme des enseignements, donc globalement, ils valident la réforme"

"Les craintes formulées par les enseignants ont semé le doute"

Pour la Le secrétaire académique adjointe du SNPDEN, "il y a eu beaucoup de craintes formulées par les enseignants devant les élèves et qui ont semé le doute sur l'équité et sur la réalité de l intérêt de ces épreuves". "Les élèves ont peur", dit Dominique Faure, "ils ont peur d'avoir un bac au rabais, peur d'avoir des épreuves qui ne soient pas justes alors qu'en réalité tout le système de la formation française fonctionne déjà comme ça". La secrétaire académique adjointe du SNPDEN ne comprend pas pourquoi les enseignants ont ce regard sur le contrôle continu "parce que c'est quand même l'évaluation la plus juste. Un élève sérieux est servi par le contrôle continu". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu