Éducation

Malaise à Flastroff : des élèves mosellans manipulent des fusils d'assaut Famas

Par Cécile Soulé et Rachel Noel, France Bleu Lorraine Nord et France Bleu jeudi 15 octobre 2015 à 15:43

Des élèves de Flastroff manipulent des fusils d'assaut
Des élèves de Flastroff manipulent des fusils d'assaut © Maxppp - Pierre Heckler

Avec des militaires, les élèves de l'école primaire de Flastroff, au nord de la Moselle, ont manipulé des fusils d'assaut de type Famas. Malaise après la diffusion des images. Ce jeudi 15 octobre, le ministère de la défense condamne fermement l'initiative et annonce des sanctions.

L' affaire est embarrassante pour l'éducation nationale et l'armée. A Flastroff, près de Bouzonville, des élèves de primaire ont eu dans les mains des fusils d'assaut Famas la semaine dernière, sur un terrain communal. Le vendredi 9 octobre, lors d'un atelier pédagogique avec le 40e régiment de transmission de Thionville, l'officier en charge de l'atelier a permis aux enfants de manipuler ces armes. Il leur a même appris à prendre la position du tireur couché. 

Des photos attestent de cette manipulation des fusils d'assaut par les enfants. Les armes, certes, n'étaient pas chargées. Mais cette séquence a créé un vrai malaise. Ce jeudi 15 octobre, le ministère de la défense condamne fermement l'initiative et annonce des sanctions à l'encontre des personnes concernées. "Cet atelier ne faisait pas partie du programme" établi pour cette visite", a précisé le porte-parole du ministère. 

Pour le lieutenant colonel Biberian, second du 40ème RT, cela n'aurait jamais du avoir lieu : "On ne va pas en faire une affaire d'Etat, mais on fait notre mea culpa, c'est une maladresse, parce que les enfants sont mineurs, ils ne sont pas avec leurs parents, ils sont à l'école, il faut être prudent".

Le lieutenant Colonel Biberian du 40e RT condamne l'initiative

L'officier en charge de l'atelier controversé a été convoqué et sanctionné. L'incident fait l'objet d'une sanction écrite dans son dossier. Même condamnation du côté de l'Education nationale. Le directeur du regroupement pédagogique qui accompagnait les élèves lors de la sortie doit s'expliquer ce jeudi 15 octobre auprès du Rectorat. L'inspecteur de circonscription va également rencontrer les parents et les enfants de l'école de Flastroff. Albert Jaeger, l'inspecteur académique adjoint de Moselle, parle lui aussi de maladresse : "C'est un manque de discernement de la part de l'enseignant qui a de l'expérience et de bons états de service mais simplement, il n'a pas perçu immédiatement la portée symbolique de l'image qui est mise sur la place publique".

L'inspecteur académique adjoint de Moselle parle aussi de maladresse

Malgré la polémique, aucune plainte de parents n'a pour l'instant été enregistrée.