Éducation

Malgré l'incendie, la rentrée se fera normalement au collège de Castries

Par Sylvie Duchesne, France Bleu Hérault lundi 17 juillet 2017 à 19:41

La rentrée se fera normalement au Collège de Castries
La rentrée se fera normalement au Collège de Castries © Radio France - Sylvie Duchesne

Quelques jours après l'incendie qui a ravagé 26 salles du collège Les Pins de Castries (Hérault), une solution a été trouvée ce lundi pour permettre aux 680 élèves de faire la rentrée sur place, le 4 septembre.

L'équipe dirigeante du collège Les Pins s'est réunie ce lundi après-midi avec les services du département, de l'Inspection académique et le maire de Castries pour trouver une solution après l'incendie qui a ravagé une trentaine de classes le 14 juillet.

L' idée de "dispatcher" les élèves dans les collèges avoisinants a été abandonnée. La rentrée se fera sur place pour tous les élèves le 4 septembre prochain.

Le département va en effet acheter 11 bâtiments modulaires qui vont être installés là où les élèves avaient habituellement leurs cours de sport. Des bâtiments qui remplaceront les salles de classes endommagées.

"Chaque classe installée dans un bâtiment modulaire fait 55 mètres carrés. Le bâtiment est isolé du chaud et du froid. Il y a bien évidemment l'électricité, on peut y brancher des rétroprojecteurs, un écran. Les bâtiments modulaires 2017 n'ont rien à voir avec les "algécos" de notre jeunesse !"

Renaud Calvat, l'élu en charge de l'éducation au département de l'Hérault

"C'est un gros avantage d'accueillir tout le monde sur le site mais ça sera un peu dispersé. Les modulaires sont sur des zones inhabituelles où il y avait soit des récréations soit des activités sportives, donc on va devoir repenser une circulation différente."

Rémy Armand, le principal du collège de Castries

26 salles de classe ont été endommagées par les flammes  - Radio France
26 salles de classe ont été endommagées par les flammes © Radio France - Sylvie Duchesne

Sur les 26 salles de classe endommagées par l'incendie, une vingtaine sont inutilisables. Les travaux de remise en état vont démarrer très rapidement. Le toit et la structure n'ont heureusement pas été fragilisés par les flammes.

Des gros travaux mais moins compliqués que ce qu'on aurait pu craindre

Le département, qui est assuré, attend maintenant les résultats de l'enquête qui doit déterminer l'origine du sinistre. D'ici là, ses services vont débourser un million et demi d'euros pour l'achat des bâtiments modulables. Ils vont rester sur place pendant toute l'année scolaire.