Éducation

Manifestation de lycéens à Aix : un dispositif de sécurité pour éviter les débordements

Par Wassila Guittoune, France Bleu Provence et France Bleu jeudi 15 octobre 2015 à 19:53

Cordon de CRS devant le lycée Cézanne à Aix-en-Provence
Cordon de CRS devant le lycée Cézanne à Aix-en-Provence © Radio France

Les lycéens aixois sont appelés à se mobiliser ce vendredi 16 octobre, via les réseaux sociaux. La manifestation est d'ores et déjà condamnée par le syndicat Union Nationale Lycéenne, qui craint des débordements. Un dispositif de sécurité a été mis en place par l'académie d'Aix-Marseille.

Le recteur a réuni les proviseurs des lycées aixois jeudi 15 octobre après midi. Autour de la table, ils ont discuté des mesures de prévention à adopter en vue de la manifestation des lycéens prévue le vendredi 16 octobre. Plusieurs consignes ont été données.

Il a été demandé ne pas laisser les poubelles à l’extérieur des établissements, afin d'éviter qu'elles ne soient brûlées. Les surveillants des lycéens ont été "sensibilisés" à la question selon les termes de l'académie d'Aix-Marseille ils devront être plus que vigilants lorsqu'ils se posteront à l'entrée des lycées. Les carnets de correspondance seront vérifiés afin d'éviter toute "intrusion".

Les autorités ont été également été sollicitées par l'académie d'Aix-Marseille. Le commissariat d'Aix en Provence confirme que des patrouilles de policiers viendront spécialement de Marseille. Des motards seront présents dès 7h du matin vendredi. En revanche, le commissariat ne souhaite pas communiquer sur le nombre d'hommes déployés sur place.

Une manifestation condamnée par le syndicat lycéen UNL

Le syndicat au niveau national appelle à la mobilisation partout en France ... sauf à Aix-en-Provence. L'UNL refuse de soutenir ce rassemblement, car les manifestations précédentes ont dégénéré.

D'autre part, un rendez-vous avec le recteur a été obtenu par l'Union Nationale Lycéenne pour discuter de leurs revendications. Un rendez-vous programmé après les vacances, sans date précise. Pour Clara Jaboulay, porte parole du syndicat, ce mouvement lancé sur Facebook "utilise cette excuse pour sécher les cours"

"S'ils manifestent, c'est une grosse connerie"