Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Manque d'auxiliaires de vie scolaire dans la Manche : "Près de 70 élèves encore impactés"

mardi 18 septembre 2018 à 9:07 Par Benoît Martin, France Bleu Cotentin

Plus d'une centaine d'élèves souffrant d'un handicap ont fait leur rentrée dans la Manche en étant privés d'auxiliaires de vie scolaire. Deux semaines plus tard, les services de l'inspection académique cherchent toujours du personnel.

Plusieurs dizaines d'enfants souffrant d'un handicap attendent encore un AVS.
Plusieurs dizaines d'enfants souffrant d'un handicap attendent encore un AVS. © Maxppp -

Quinze jours après la rentrée scolaire marquée dans la Manche par le manque d'auxiliaires de vie scolaire auprès des enfants souffrant d'un handicap, la directrice des services de l'éducation nationale dans le département, Nathalie Vilacèque, revient sur cette situation. Des solutions ont été trouvées, mais pas pour tout le monde. 

Comment se fait-il que plusieurs dizaines d'enfants se soient retrouvés le jour de la rentrée sans auxiliaire de vie scolaire à leurs côtés?

Nathalie Vilacèque : Il faut rappeler la procédure, identique chaque année. La commission des droits et de l'autonomie des personnes handicapées prescrit des aides individualisées ou mutualisées, et les adresse à mes services. Il nous appartient ensuite de trouver les AVS (auxiliaires de vie scolaire) qui vont accompagner les enfants. Cette année, ces prescriptions sont traitées au fil de l'eau. Nos services conjuguent leurs efforts pour attribuer le plus vite possible l'aide aux enfants.

Avez-vous été trop tardivement alertés sur les besoins en AVS cette année?

NV : Non, le rythme est celui-ci. La commission nous envoie les notifications à partir du printemps et en juillet et août.

Aujourd'hui où en est-on?

NV : En fin de semaine dernière, il restait un peu moins de 70 élèves pour lesquels nous recherchions encore des solutions. Mais nous sommes optimistes, nos services travaillent d'arrache-pied. Selon les secteurs géographiques, nous avons du personnel disponible pouvant se déplacer facilement sur les lieux d'affectation. Nous travaillons à partir du curriculum vitae et d'une expérience professionnelle.

Ne peut-on pas anticiper un peu plus? D'une année sur l'autre, le nombre d'enfants concernés n'évolue pas énormément.

NV : Nous sommes contraints d'attendre les notifications de la commission des droits des personnes handicapées. Les délais sont incompressibles. Et puis ensuite, il y a le délai de recrutement pour ajuster au mieux et répondre le plus précisément aux besoins de l'élève.