Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Manque de professeurs d'allemand dans la Manche : une situation "scandaleuse" selon le syndicat SNES-FSU

vendredi 12 octobre 2018 à 8:31 Par Pierre Coquelin, France Bleu Cotentin

Les collèges manchois en pénurie de professeurs d'allemand. Dans certaines établissements, depuis des semaines, les cours sont purement et simplement annulés faute d’enseignants. Le syndicats SNES-FSU dénonce une "situation scandaleuse".

Dans certains collèges de la Manche (Portbail, Flamanville, Montebourg...), on cherche des professeurs d'allemands
Dans certains collèges de la Manche (Portbail, Flamanville, Montebourg...), on cherche des professeurs d'allemands © Radio France - Alexandre Marchi

Manche, France

Des collégiens de la Manche attendent désespérément un prof d’allemand. Plusieurs collèges du département font face à une véritable pénurie. En attendant, les cours sont annulés. "ll y a eu un sous-calibrage pour l'enseignement de l'allemand dans le département", explique Pascal Roger, secrétaire départemental du syndicat SNES-FSU. 

Plusieurs collèges rencontrent des difficultés en ce moment : à Portbail, une trentaine d'élèves est privée de cours d'allemand depuis des semaines car il n'y a pas de prof disponible. Que vous inspire cette situation ?

C'est scandaleux. C'est une situation qu'on dénonce. Les élèves sont privés de cours d'allemand, et il n'y a pas de perspective d'en avoir, ce qui est encore plus dérangeant. Je pense notamment aux élèves qui ont commencé l'allemand en cinquième, mais qui n'ont pas de perspective de le continuer en quatrième et en troisième. Le rectorat doit trouver des professeurs le plus rapidement possible : ça fait déjà un mois qu'ils n'ont pas d'enseignant.

C'est quoi la raison ? La langue n'attire pas ? 

Le problème est complexe. Il y a évidemment un problème local. Il y a eu un sous-calibrage pour l'enseignement de l'allemand dans le département. Mais surtout, l'erreur, c'est de compter sur le recrutement de contractuels. Ce qu'il nous faut, ce sont des titulaires, qui sont en situation d'enseigner. 

Certains professeurs sont même obligés de travailler sur plusieurs collèges...

C'est une situation qu'on connaît bien, pas qu'en allemand. C'est ce qu'on appelle les postes partagés. Il y a un manque de moyens humains, de remplaçants titulaires. Il y a des conditions de travail plus compliquées. Autre chose, c'est un problème plus global : le métier d'enseignant n'attire plus les jeunes. Les étudiants envisage d'autres carrières. En allemand, c'est particulièrement aigu : pour le recrutement national, il y avait 275 postes en 2018, et seulement 151 ont été admis. Le métier n'est plus attractif. 

Le risque, c'est d'avoir des matières comme l'allemand, qui ne seront plus enseignées à terme ? 

Il y a eu des mauvais signaux envoyés, surtout dans les collèges, avec la réforme 2016. Si en plus, il y a des signaux sur "on ne va plus enseigner autant certaines matières", c'est sûr que les étudiants ne vont plus aller dans cette direction là. Le fait de reprendre un cycle de suppression de postes dans l'éducation nationale (2600 au budget 2019), c'est aussi un très mauvais signal.